Billet de Nicole Robert, conseillère municipale

Ce premier vendredi de juillet, je vais à pied faire mon marché place de la Paix.

En passant, je jette un œil sur la place de Verdun, toute neuve, qui attend son inauguration. Elle est lumineuse et le Petit Casino y a installé son étal de légumes, bien solitaire mais qui met une touche sympathique.

Par cette belle journée ensoleillée, j’imagine la place si le marché s’y était réinstallé. Tous les stands encadrant et rehaussant sa blancheur d’une multitude de couleurs, le brouhaha des chalands déambulant entre les marchands  ou bavardant avec une connaissance de rencontre, les forains qui s’interpellent, les enfants qui la traversent en courant… La vie, quoi !

Au lieu de ça, Mme le Maire a décidé de laisser le marché dans son coin du parking de la place de la Paix et il continuera à gêner l’accès à l’école tous les vendredis matins. « Cela a été fait en concertation avec les forains qui trouvent l’agencement plus convivial » nous précise-t-elle, répondant à notre interrogation en Conseil municipal du 4 juillet.

Soit. Mais pour la réfection de la place de Verdun, les forains ont également été consultés par le cabinet Big-Bang , l’investissement dans de larges trottoirs a été fait en particulier pour le marché.

Tout ça… pour rien ! Mme le Maire, contre toute logique, laisse la place de Verdun déjà tant décriée, à sa solitude minérale et à ses voitures… Quelle tristesse !

Ah ! Quand même une bonne nouvelle ! A force de répéter, encore hier soir, qu’avec toutes ses marches la place est dangereuse, des bandes contrastées vont être posées sur des nez de marche. Mais apparemment pas sur toutes les marches. « Il faut qu’on s’habitue à la nouvelle configuration de la place » insiste encore Mme Agarrat. Allez-donc dire ça aux personnes malvoyantes !

On se demande pour qui, à Brindas, ont été faites les lois sur l’accessibilité pour tous ?