Rappelons l’article L214-1 du Code rural,

« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

et l’article 515-14 du Code civil :

« Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité ».

Il faut suivre Mme et M. Bouglione qui ont annoncé, pour leur cirque, la fin des spectacles avec animaux. Ils expliquent leur décision par amour des animaux et respect du public :

« Un sondage indiquait, disent-ils, que 80 % des Français étaient sensibles à la cause animale. Notre métier, c’est de faire un spectacle familial. Si une très large majorité des familles est sensible à la cause animale, on ne peut pas continuer à faire un spectacle qui les dérange. Nous ne nous voyons pas continuer à présenter des animaux à des gens qui ressentent une gêne morale en venant au cirque. »

Combien parmi nous se sentent mal à l’aise en face de deux lions dans leur cage ? Ils passent entre 95 et 98 % de leur temps dans cette remorque. Pouvons-nous l’accepter ? Et nous ne parlons pas des méthodes de dressage qui sont pour la plupart tout simplement honteuses.

23 pays ont déjà interdit la présence d’animaux sauvages dans les cirques. 

En France, 57 communes ont délibéré dans ce sens dont Villeurbanne, Vourles, Chassieu, Vernaison et Marcilly d’Azergues.

Préférons les cirques qui privilégient les performances athlétiques car c’est un problème éthique que de présenter des animaux qui vivent l’essentiel de leur vie dans une cage ou attachés.