15 juin 2010

Solutions locales pour un désordre global

cineaction


Des actions simples, dès aujourd'hui

(Extrait du livre de Coline SERREAU « Solutions locales pour un désordre global », Actes Sud, Avril 2010)

 1 - Consommer bio, local et de saisons

  • S’approvisionner auprès de producteurs locaux (AMAP[1], marchés, fermes)
  • Réapprendre à cuisiner
  • Eviter le gaspillage

2 - Revégétaliser l’environnement urbain

  • Végétaliser des espaces urbains (terrasses, cours, toits…)
  • Créer un compost urbain[2]
  • Créer des jardins partagés[3]

3 - Créer un jardin bio

  • Dans son jardin
  • Dans un jardin partagé[4]

4 - Créer une AMAP 

5 - Cultiver des semences potagères et biologiques

  • Acheter des semences anciennes[5]
  • Créer une banque de semences

6 - Créer un marché de producteurs bio et locaux

7- Convertir une cantine en bio

  • Cantine scolaire
  • Restauration collective (cantine d’entreprise, restaurant, hôtel)

8 -S’installer ou se convertir à l’agriculture biologique

9 -Recréer un périmètre de souveraineté alimentaire[6]

  • Favoriser le maintien d’une agriculture de proximité destinée en priorité à alimenter les marchés régionaux et nationaux


[1] Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne http://www.reseau-amap.org/

[2] Le compost urbain est un mélange de déchets solides d'origine principalement domestique ayant subi au cours de sa fabrication un échauffement naturel de sa masse à une température de 60°C ou plus, pendant une durée égale au moins à quatre jours et précédé ou suivi de certaines opérations mécaniques (triage, broyage, dilacération, déferrage, tamisage, etc.) : Définition de la Norme NFU 44-05, Arrêté du 27 décembre 1982.

[3] Le jardin partagé (appelé jardin communautaire dans le nord de la France et au Québec) est une forme de gestion en commun d’un terrain par un groupe d’habitants. Cette pratique est née en Amérique du Nord et se développe en France. Le premier jardin communautaire a été créé à Lille en 1997. A Paris, il existe près de cinquante jardins partagés.

[4] Un jardin partagé c’est un jardin de proximité, animé par une association proposant des activités collectives de jardinage développant l’éducation, l’insertion et la créationde lien social. Le jardin est confié, sous convention, à une association pour une durée d’un an renouvelable jusqu’à 6 ans.

[5] Le Groupement National Interprofessionnel des Semences souligne que le catalogue officiel des espèces et variétés a été créé par l'Etat en 1932, à la demande des agriculteurs. Il rappelle que 'l'Etat s’est largement reposé sur les semenciers et l’Inra et n'a jamais mis les moyens nécessaires dans la conservation et la caractérisation des ressources génétiques.

[6] « La souveraineté alimentaire peut se définir comme le droit de pouvoir accéder à une nourriture suffisante, nutritive et adaptée à ses exigences sanitaires, culturelles, sans se trouver en situation de dépendance. Les politiques agricoles et de pêche actuelles découragent la production vivrière familiale et produisent pauvreté, exode rural, chômage et dépendance alimentaire. Aujourd’hui, près de 1 milliard 20 millions de personnes n’ont pas suffisamment de quoi se nourrir, dont 70 % sont des paysans ! » CCFD-Terre Solidaire

Posté par M-P-M à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,