23 avril 2012

Résultat du premier tour de l'élection présidentielle à Brindas

  • Inscrits 3 967
  • Abstentions 458 (11,55%)
  • Votants 3 509 (88,45%)
  • Blancs et nuls 47 (1,18%)
  • Exprimés 3 462 (87,27%)

 

  1. nicolas sarkozy: resultats-election-presidentielle-2012 Nicolas Sarkozy1 263 voix 36,48 %
     
     
  2. François Hollande François Hollande705 voix 20,36 %
     
     
  3. Marine Le Pen Marine Le Pen 560 voix 16,18 %
     
     
  4. François Bayrou François Bayrou 445 voix  12,85 %
     
     
  5. Eva Joly Eva Joly    117 voix         3,38 %
     
     
  6. Nicolas Dupont-Aignan  Nicolas Dupont-aignan 70 voix  2,02 %
     
     
  7. Philippe Poutou  Philippe Poutou 35 voix  1,01 %
     
  8. Jacques Cheminade  Jacques Cheminade 12 voix     0,35 %
     
     
  9. Nathalie Arthaud. Nathalie Arthaud  11 voix   0,32 %
     
  10. Jean-Luc Mélenchon Jean-Luc Melenchon  244 voix     7.1%
     

Posté par M-P-M à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2012

Le compte est bon…

guignol-paris

Guignol, la soirée de la Ste Sandrine, à la Fête, en bas d’chez toi, a été envahie, vrai de vrai par une radée* de papiers qui causaient que de pécuniaux* et pi même le cinéma, ça parlait que d’ça. Les Municipaux, i z’ont eu plein de grands nombres à consommer sans modération : des euros à regonfle* et tant que tant*, avec des indices, des graphiques et des tableaux en couleurs si encombrants qu’i se faisaient du coude quand ils les dépliaient sur les tables de la Fête…

 « A moi Comte, deux mots » comme qu’i disait Corneille dans son thiâtre*… Crois-moi Guignol, pour la représentation du soir de la Ste Sandrine, ça a duré plus que deux mots : tantôt c’était le compte administratif, tantôt c’était le compte de gestion…En plus des comptes de Brindas présentés par la Première d’la Classe qu’est sortie prendre l’air pendant que les Municipaux surveillés par le doyen, i disaient amen en votant pour dire que le compte est bon, y’a eu la visite du Trésorier du chef-yeu*, çui qui s’occupe des picaillons* publics et qui dorlote la cache-maille* de Brindas.

 L’assistance a eu droit encore à d’autres indices à regonfle* , au fonds de roulement et même, comme i m’a rapporté mon correspondant à la Fête, à un ratio de rigidité ; fais pas vilain*, Guignol, je t’ esplique : i s’agit pas de la rigidité de tel(le) ou tel(le) Municipal(e), mais de quèque chose qu’a à voir avec les dépenses incompressibles, celles où qu’on peut pas faire de la gratte* pour mettre dans la cache-maille*. Bon, passons, c’était déjà l’overdose que mon correspondant il en était tout tourneboulé et ben ça suffisait encore pas pace que la maire adjointe aux associés* et aussi conseillère communautaire, elle a pas trouvé mieux que d’en resservir une louche, avec, pour le dessert, les comptes de la Cécévéaile*.

 A se demander si les Municipaux i z’ont pas risqué l’indigestion avec tous ces euros, pire qu’avec les œufs de Pâques…

 

 Le Babiant avril 2012

 

 

Radée : averse                  pécuniaux : les sous                         à regonfle : en grand nombre

Thiâtre : théâtre                 chef-yeu : chef-lieu                          picaillons : les sous

Cache-maille : tire-lire                  fais pas vilain : te fâche pas                 la gratte : les économies

Cécévéaile : C.C.V.L :communauté de communes des vallons du Lyonnais                    

Maire adjointe aux associés : adjointe en charge des associations.

Posté par M-P-M à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2012

Le pédibus à Brindas…

Le 17 mars à eu lieu une réunion, en mairie, pour continuer à développer le Pédibus à Brindas.

L’ensemble des parents d’élèves des écoles maternelles et primaires ont été invités à rencontrer des représentants des pédibus de communes voisines : Messimy , Saint Martin en haut et Rontalon.

Sur Brindas, actuellement, une seule ligne de pédibus fonctionne quotidiennement. Elle permet aux enfants sur la ligne dite du Morillon de se rendre à l’école tous les matins à pied, dans la bonne humeur et la convivialité.

Ce temps d’échange du 17 mars a permis de réfléchir à des solutions pour inciter de nouvelles familles à choisir ce type de déplacement pour se rendre à l’école. Il a été rappelé que c’est aux parents d’organiser de nouvelles lignes de pédibus. Cette organisation se fait notamment  avec le soutien de la municipalité.

Bientôt, des panneaux seront installés à Brindas afin de signaler le passage du pédibus et donc d’enfants à pied.

Le pédibus, c’est une solution aux problèmes de stationnement que nous rencontrons dans le centre du village. C’est aussi une démarche écologique et créatrice de lien social.

Posté par M-P-M à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2012

Les médias, 4em pouvoir ou nouveaux chiens de garde ?

Attac nous donne l'occasion de réfléchir à cette question avec cette soirée ciné-débat.

les chiens de garde

Posté par M-P-M à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2012

Le sherpa

guignol-paris

Guignol, bonjour. Pour ce qui s’est dit à la Fête en bas d’chez toi, le lundi de la Ste Honorine, j’ai surtout bajaflé* cinéma acque* les caméras du Grand Palais d’la Fayet’*. Au fait, faudra pas que la Première d’la Classe et pi la Dame des chantiers durables, elles oublient de câbler Verdun lors du remake* de la place. En effet, faudra câbler pour installer des caméras pour apincher* la Mairie pace que sinon, elle va êt’ jalouse ; ça serait pas juste qu’i y’ait que le Grand Palais qui fasse son cinoche. Par les temps qui courent, à Brindas comme ailleurs d’ailleurs, i faut tout imaginer, même l’impensable : un de ces quatre, imagine Guignol, que, par une nuit sans lune, des mal contents prennent l’idée folle d’attacher*une banderole sur la façade, au-dessus ou au-dessous de la devise républicaine. Est-ce que tu croyes que la Première elle aurait le sourire devant les caméras sous le calicot ?...Les urbains* et les mal chaussés* i pourraient se faire une séance de cinoche mais retrouveraient-ils pour autant ceusses qu’auraient osé braver la force de dissuasion des fifis* d’la Première ?...

Au fait, Guignol, est-ce que t’es au parfum que, le printemps revenant, les banderoles se remettent au boulot ou au Bouleau*, comme tu veux. I paraît qu’y en a une qu’a fleuri, là-bas, loin de la ville, dans la verdure, du côté de la Voie Antique*. Remarque, à la Voie Antique, c’est tout de même mieux qu’aux calendes grecques. Toutefois, il ne faudrait pas croire que, même avec les panneaux des lumières *, on pourra ranger les banderoles au rayon des antiquités…

Trêve de gognandises*, j’t’écris pas pour te causer encore des caméras et des banderoles. On se demande si, le lundi de la Ste Honorine, le Premier de cordée des Bépépédegauches, i pensait pas, comme d’autres, au salon de l’agriculture, plus exactement aux agriculteurs. T’sais que des fois, les agriculteurs, quand i sont colères, i tiennent salon avec leurs tracteurs, devant les préfectures et i z’oublient pas d’amener avec eux, quèques tombereaux de substances emboconnantes* qu’i déversent comme s’i se croyaient au lac de Vénissieux*.D’après mon correspondant, çui du club des cinq, il est pas arrivé à la Fête en tracteur, mais, néanmoins, il était chargé comme un sherpa. I transportait une sache*bien lourde mais pas emboconnante. C’est que le Premier d’cordée, il a plus d’un tour dans son sac…Les Municipaux, i z’ouvraient grand leurs quinquets*, les supputations allaient bon train, pas comme la S.N.C.F…Il a fallu patienter jusqu’à la fin du Conseil pour comprendre .Même s’il est de bon command*, le Premier , on a cru qu’il allait prendre le foutrau* : après avoir interpellé la Première d’la Classe, il lui a espliqué que certains, au groupe de recherches du Brindas de demain*, avaient refusé de lui remettre le dossier dernier cri pour qu’il puisse l’étudier, et que ça l’avait secoué*.On entendit alors un grand bruit dans la salle du côté du Club des Cinq, et on vit, à ce qu’i paraît, une avalanche de papier envahir la table. Tout le monde a été courâme*et, la seconde de cordée du club, sa voisine en fut même toute ébravagée*. Cette avalanche de documents de préparation du P.L.U. des autrefois*témoignait qu’il avait bouligué* tant que tant*, qu’on lui faisait confiance lors du mandat d’avant et qu’on lui remettait les documents de labeur. Aussi, il les a gardés en souvenir du bon moment*.( jusqu’à quand qu’i va les garder toutes ces archives ?)…

Pour endiguer l’avalanche, la Première, elle lui a dit : «N’en jetez P.L.U ! » en lui promettant qu’elle donnerait les instructions à ses services pour éviter pareils tiraillements* afin qu’il soye plus privé de dessert avant d’aller à schloff* et qu’i puisse roupiller benaise* en rêvant au futur Brindas des Verchères…

Nom d’un rat, Guignol !Les Verchères ! Faudra pas que les Municipaux de l’urbanisme, i z’oublient de câbler la Z.A.C, surtout les vergers, sinon gare à la maraude ! Faudrait pas que Gnafron il imagine qu’i pourra incognito faire sa vindême* en catimini…

 

Le Babiant mars 2012

 

 

Bajafler : parler de                         acque : avec                      Le Grand Palais d’la Fayet : le centre culturel Verdun : la place de Verdun                                remake :j’crois qu’c’est du Grand Breton ?                        Apincher : surveiller                      attacher : accrocher                           urbains : policiers municipaux                   Mal chaussés : gendarmes                         fifi : chouchou                 Le Bouleau : lieu de Brindas                       Voix Antique : voie de Brindas                                 panneau des lumières : panneau lumineux                         Gognandise : plaisanterie                           emboconnant : qui sent mauvais                            sache : grand sac                            Lac de Vénissieux : lac imaginaire ; prairies autour de cette ville où on déversait le contenu des fosses d’aisance.                            Quinquets : les yeux                     bon command : bon caractère                  Prendre le foutrau : se mettre en colère secoué : contrarié                 Groupe de recherches du Brindas de demain : groupe de travail sur la Z.A.C                               Courâme : surpris                           ébravagée : effrayée                    bouliguer : travailler dur                             Le bon moment : la belle époque tiraillements : conflits                           A schloff : se coucher                   benaise : content, repus                                vindême : vendange

Posté par M-P-M à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mars 2012

Abandon du COL

Le préfet vient d'annoncer l'abandon du COL.

2012-03-20 progres col

Posté par M-P-M à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2012

Newsletter #13

NL 13-1

NL 13-2

et pour lire les fichiers PDF : NL_13_1 et NL_13_2

19 mars 2012

Réunion BPP

animation_reunion-2-ca315

 

Réunion de l'association

jeudi 29 mars, à 20h30, à la petite salle des fêtes de Brindas

A l'ordre du jour :

  • les transports en commun à Brindas et les deux nouvelles lignes prévues en principe pour janvier 2013.
  • préparation du conseil municipal du 2 mars, à 19h30, à la petite salle des fêtes.

Posté par M-P-M à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mars 2012

La CCVL vote un nouvel impôt sur les ménages ! 5 conseillers s’y opposent.

Lors de la séance du 15 mars, la CCVL a voté son budget mais également une nouvelle taxe de 0,36% sur le foncier bâti qui sera donc payée par les entreprises mais aussi par les ménages. Dès le mois novembre, l’association BPP avait soulevé ce risque dans le bulletin N°29 distribué aux Brindasiens « La CCVL va-t-elle faire payer les ménages »

La suppression de la taxe professionnelle décidée par le gouvernement n’en finit plus de peser sur les collectivités, car les taxes alternatives mises en place sont inférieures :

  • Premier effet : pour l’Etat, c’est un manque à gagner de 6 à 7 milliards d’euros ce qui le conduit à geler (voire réduire pour la CCVL) les subventions accordées aux collectivités.
  • Deuxième effet : pour les communautés de communes, la première année la compensation a été faite à l’euro près. Mais depuis, les nouvelles recettes fiscales confiées à la CCVL sont moins dynamiques que ne l’était l’ancienne taxe professionnelle. D’une croissance des recettes fiscales de 5%, on est passé à une croissance de 2%.

C’est pourquoi la majorité des élus de la CCVL se sont tournés (pour la première fois) vers les ménages avec l’augmentation de la taxe foncière pour prendre le relai des impôts autrefois perçus sur les entreprises. L’objectif étant de collecter 100 000 €.

A l’initiative de Rémy Ménétrier, représentant de la liste BPP-ensemble à gauche, 4 autres élus se sont opposés à cette nouvelle taxe (2 autres représentants de Brindas dont Mme le Maire, le Maire de Thurins et Florence Perrin, vice-présidente de la CCVL). Résultat : 5 votes contre, 3 abstentions, 22 votes pour.

Outre le refus de ce transfert d’impôt des entreprises vers les particuliers, d’autres arguments ont été versés au débat :

  • En septembre 2011, une proposition alternative avait été faite par 10 conseillers communautaires : fixer un taux minimum de Cotisation Foncière des Entreprises ayant plus de 100 000€ de chiffre d’affaires à 4 000€ (au lieu de 3000 €), ce qui aurait permis d’éviter de recourir aujourd’hui à une taxe sur les ménages. Cette proposition avait été rejetée par 20 élus
  • La CCVL abandonnant la compétence transport aux communes ne verra pas ses charges augmenter (comme prévu initialement) contrairement aux communes. Or, si la CCVL peut prélever l’impôt soit sur les entreprises soit sur les ménages, les communes ne peuvent se tourner que vers les ménages. Il n’était donc pas juste que la CCVL fasse le choix de prélever un impôt sur les ménages (plutôt que sur les entreprises qui ont bénéficié de la suppression de la taxe professionnelles) tout en basculant sur les communes les dépenses futures liées au nécessaire développement des transports en commun

Le comble, c’est que 5 minutes après ce vote, le conseil de communauté a été informé que la CCVL allait bénéficier d’une recette de fonctionnement supplémentaire budgétaire non prévue de…103 000 € ! Ce scoop a relancé le débat ! En effet le vote de ce nouvel impôt n’était donc pas indispensable ! Mais bien que cette information de dernière minute ait été connue par certains, elle n’avait pas été portée à connaissance du Conseil lors du vote des taux d’impositions ! Un procédé pour le moins inélégant. A postériori, notre position de refuser ce nouvel impôt sur les ménages n’en est que plus justifiée !

 Voici ce qu'en dit le Progrès :

20120317progresCCVL

 

Posté par M-P-M à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2012

La stratégie du choc

affiche 28 mars 2012

Posté par M-P-M à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]