19 décembre 2010

Le ton monte entre Mercier et Collomb

Lu dans Le Progrès d'hier :

 

Transports, agglo : le ton monte entre Mercier et Collomb

get

 

L’opposition de gauche du Département a quitté, hier, la séance dans le sillage de Bernard Rivalta / Photo Maxime Jegat

 

 

La gauche a quitté, hier, la séance du Département, entraînant son report. En arrière-plan, un affrontement entre Michel Mercier et Gérard Collomb sur l’avenir de l’agglo et des transports

Le Département va-t-il quitter le Sytral ? Et le Grand Lyon va-t-il laisser le conseil général se débrouiller seul pour gérer les transports scolaires ?
Voilà la problématique soulevée hier par le coup d’éclat de la gauche lors de la session du conseil général. Les trois groupes d’opposition ont, en effet, quitté la séance car Michel Mercier avait refusé de retirer un dossier sur la politique de transports du Département, qui envisageait la création d’un syndicat extérieur au Sytral (voir ci dessous). Comme il manquait du coup une voix pour atteindre le quorum, la séance départementale a été levée. Elle sera reprogrammée ce lundi.
Bernard Rivalta, le président du groupe socialiste au département mais aussi président du… Sytral, a reproché à Michel Mercier d’avoir ajouté il y a trois jours un dossier qui laisse planer un doute sur l’avenir du Sytral, financé conjointement par le Grand Lyon et le Département. « On a proposé ce dossier car tout se fait sans nous en ce moment, sauf quand il s’agit de payer » a rétorqué Michel Mercier. « Il y a des négociations entre le Grand Lyon, le Sytral et la Communauté de communes de l’Est lyonnais où l’on dit à cette dernière que pour entrer au Sytral, elle doit intégrer l’aire métropolitaine. Je suis choqué que nous ne soyons pas invités à ces discussions ».
Le garde des Sceaux serait-il prêt à aller jusqu’à un retrait du Sytral ? «  ça va finir comme ça si ça continue ».
Mais qu’en dit Gérard Collomb, très implicitement visé ? « J’ai vu Michel Mercier il y a huit jours pour parler d’un certain nombre de dossiers et il n’a jamais évoqué ce dossier » a expliqué Gérard Collomb au Progrès.
La volonté du Grand Lyon de s’agrandir, notamment avec les communes de l’Est lyonnais, lui semble de la plus grande logique. « Il faut que Michel Mercier nous dise s’il veut que l’on se mette d’accord sur une politique commune ou s’il souhaite encercler la ville par le Département ». Quand à un éventuel départ du Département d’un Sytral qu’il cofinance, Gérard Collomb manie lui aussi la menace. « Je n’ai pas de craintes. Car le Sytral peut aussi se retirer des transports scolaires. Je reste un homme de consensus. Mais il ne faut pas jouer au plus fin avec moi ».
En clair, touche pas à mon Sytral où je lâche tes transports scolaires. Il ne fait guère de doutes que les deux têtes d’affiche vont finir par trouver un terrain d’entente. Mais les élections cantonales de mars vont sans doute être plus animées que d’habitude.
François Guttin-Lombard

 

Syndicat de transport : le dossier qui a mis le feu aux poudres

 

 

Le Département devait examiner, hier, la possibilité de créer un syndicat de transports avec les communautés de communes de l’Est lyonnais, des vallons du Lyonnais, de la vallée du Garon et la Communauté d’agglomération de Villefranche, qui n’appartiennent pas au Sytral. Un syndicat donc distinct de ce dernier qui aurait la tâche d’organiser les transports en dehors de l’agglo lyonnaise. Et qui pourrait percevoir, à l’horizon de septembre 2012, un versement transport auprès des entreprises, « à hauteur de 0,6 % contre 1,75 % au Sytral » explique le vice-président Georges Barriol, « car il faut trouver des ressources pour financer ce qui serait une amélioration de la desserte ».
F.G.L.

Posté par M-P-M à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2010

Equevilles et décibels

guignol_1_2Bonsoir Guignol,

        T’as  ben dû avoir quèques échos de la séance du Conseil  du 11 Octobre  à la Fête en bas de chez toi. On a eu des numéros de choix.

        Le Monsieur Propre de la Cécévéaile, il est venu entretenir le Conseil des équevilles. Il a parlé sans faiblir des tonnes et des tonnes d’équevilles, des grises, des jaunes, des vertes et des verres. Attention Guignol ! Les vertes et les verres, faut pas les mettre ensemble ces deux là. Le Monsieur Propre, il a expliqué aussi, qu’en ce moment, on brûlait moins cher. Mais, faut s’ méfier, ça sera pas durable, les prix qui baissent, on n’a pas l’habitude. Moi, j’crains  plutôt que pour l’incinération, un de ces jours, les prix s’embrasent, comme ceux du gaz.

        Dame des Chantiers Durables nous a offert un moment de poésie avec ses cartographies du bruit. J’dois t’avouer, Guignol, que même en prêtant l’oreille, ces cartes  m’ont pas beaucoup parlé, elles m’ont  plutôt fait  penser aux leçons de géographie de la Laïque. Le maître nous faisait transpirer sur les cartes muettes qu’il fallait compléter : tu sais, on voyait qu’du bleu et i fallait qu’on ajoute les noms des fleuves, des affluents et des villes arrosées : par exemple, fallait écrire « Rhône », « Saône », « Azergues », »Beaujolais », »Yzeron » deux fois, une fois  pour la rivière, une fois pour la cité lacustre, « Brindas », « Oullins »…J’ai un peu tendu l’oreille quand Dame des Chantiers a évoqué les décibels de jour et les décibels de nuit. J’ai vu autrefois « Belle de Jour », mais pas dans ton théâtre Guignol. Pi, j’connais aussi les Belles de Nuit, tu sais Guignol, ces fleurs originaires du Pérou. Mais, c’était la première fois  que j’entendais parler des décibels de jour et des décibels de nuit. J’aime assez, je trouve que ça sonne bien. Mais, il paraît que les décibels de nuit sont beaucoup plus sonores que les décibels de jour ; alors, là, ça me laisse sans voix. Ah Guignol ! Les bruits, ça se laisse pas encarter comme ça : entre les bruits qui courent qu’on n’arrive pas à arrêter et certaines affaires qu’on aimerait mettre en sourdine et qui, malgré tout, font grand bruit…

        Pour terminer, parlons un peu picaillons. La Première de la Classe, qui préfère sans doute les courses en solitaire, a encore demandé aux élus une délégation pour pouvoir placer toute seule, sans qu’ils votent, les picaillons de la tirelire communale . Les Bépépés Ensemblàgauche, i z’étaient  pas d’accord. Si j’en crois çui de la finance du Club des Cinq, elle utilise une drôle de martingale, la Première : elle emprunte à un certain taux et elle place la somme empruntée  à un taux bien plus bas. C’est  le banquier qui doit être content !

        Allez, bonsoir Guignol, j’vais aller voir si Morphée veut m’prendre dans ses bras. Faut pas que j’émette trop de décibels de nuit parce que la voisine du dessous, elle va encore jouer du balai contre le plafond…

                                                                                     Le Babiant*

*babiant : qui babille-terme probablement patois.

babian : selon J.R. ,personne niaise,bêta (dictionnaire des Amis de Guignol).

Posté par M-P-M à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 décembre 2010

Bulletin municipal Décembre 2010

Brindas_Image_dec2010

Posté par M-P-M à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La newsletter #3

Le numéro 3 vient de paraître, si vous ne l'avez pas reçu directement dans votre boite mail, vous pouvez la lire ici NEWSLETTER_03b, et vous abonner (formulaire dans la colonne de gauche)  pour recevoir les prochaines directement.

Newsletter 3-1

NL3_2

Posté par M-P-M à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 décembre 2010

Compte rendu du Conseil Municipal du 13/12/2010

Finances : vote des taux d’imposition (+1.5%)

Les élus BPP ensemble à gauche ont voté contre (ainsi que les 3 élus de la liste de Mme Receveur)

La majorité municipale n’a retenu aucune de nos trois propositions visant à moduler la hausse des impôts locaux en fonction des revenus des Brindasiens (pour le détail de ces propositions voir le compte rendu du conseil municipal du 15/11/2010 sur le blog). Nous avons pourtant mis en évidence lors du conseil que si en moyenne les revenus des Brindasiens sont plutôt corrects (en moyenne par exemple 4 800€/mois pour un couple avec deux enfants), 10% des Brindasiens ont des conditions de vie beaucoup plus difficiles (avec moins de 2500€/mois pour un couple avec deux enfants).

distrib_rev_d_clar_s

En refusant de tenir compte des inégalités et des disparités sociales qui existent aussi dans notre commune, la politique de la majorité municipale est particulièrement dure pour les Brindasiens modestes. Les élus BBP ensemble à gauche sont pour l’impôt, mais pour un impôt juste socialement comme le prévoit notre constitution « pour l’entretien de la force publique et pour les dépenses d’administration une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les citoyens en raison de leur faculté «  (article 13 de la déclaration des droits de l’homme)

Finances : vote des subventions pour 2011

Les élus BPP ensemble à gauche ont voté pour

Elles s’élèvent à 107 000 €

La subvention exceptionnelle de 10 000€ accordée en 2010 à Brindas Musique a été portée à 14 000€ et elle est désormais régulière. A défaut d’une telle décision, la subvention équivalente du département n’aurait pas été versée et l’association aurait probablement mis fin à ses activités. Pour assurer un équilibre financier qui reste précaire, des hausses de cotisations ont été demandées aux adhérents et des économies de gestion sont en cours. L’association devra également s’impliquer encore plus dans l’animation de notre commune.

 

Finances : vote du budget 2011

Les élus BPP ensemble à gauche ont voté contre (ainsi que deux élus de la liste de Mme Receveur, le troisième s’abstenant)

Nous avons motivé notre opposition notamment par les points suivants :

  • Une      hausse non modulée de la fiscalité locale (cf précédemment)
  • L’incurie      du mandat précédent en matière de constructions de logements sociaux      continue de grever le budget de la commune. Brindas devra payer une amende      de 74 000 € en 2011 du fait de son déficit de logements sociaux
  • Les      recettes de la commune ont été amputées de 17 910 € car certains      travaux réalisés en 2009 ont été déclarés en 2010 or, en 2010 le taux de      subvention est plus faible qu’en 2009 (cf lettre électronique N° 3)
  • Du      fait d’une mauvaise anticipation des besoins en trésorerie, la commune      place un excédent de 1 170 000 € à 0.8% alors que nous avons      emprunté à 3.5%. Ceci représente une perte de plus de 30 000€/an      (soit 2500 €/mois)

Ces mauvaises anticipations, dégradent les marges de manœuvre financières de la commune et annulent en partie les économies des dépenses de fonctionnement réalisées par une forte implication du personnel communal.

 

Finances : vote des aides aux écoles publiques voisines accueillant des Brindasiens

Les élus BPP ensemble à gauche ont voté pour

Chaque commune dont un enfant est scolarisé dans une école publique d’une commune tierce, verse à la commune d’accueil 446€ pour la maternelle et 223€ pour le primaire. 24 Brindasiens sont scolarisés hors de la commune et inversement nos écoles accueillent 22 non résidents.

Rappel : après de longues années de bataille, les élus BPP ensemble à gauche ont obtenu depuis 3 ans, que Brindas ne verse cette participation que pour les Brindasiens accueillis dans des écoles publiques (auparavant cette aide, prélevée sur le budget communal, était également versée aux écoles privées)

 

Finances : vote des aides aux RASED (Réseau d’Aide Spécialisé aux Enfants en Difficulté)

Les élus BPP ensemble à gauche ont voté pour

Le montant est calculé en fonction du nombre d’enfants scolarisés, soit pour Brindas 636€.

Les élus BBP ensemble à gauche ont souligné l’intérêt de cette structure et rappelé les inquiétudes sur sa pérennité, de nombreux postes d’enseignants des RASED ayant été supprimés par l’Education Nationale

 

Posté par M-P-M à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 décembre 2010

Le point sur le chômage à Brindas

Fin 2009, notre commune comptait 103 chômeurs « officiels » (catégorie A), soit une progression de plus 40 % en un an. Mais à ce chiffre, il faut également ajouter 35 Brindasiens travaillant à temps partiel mais recherchant un emploi à temps complet, donc également inscrites comme demandeurs d’emploi (catégories B et C)(source INSEE statistiques locales)

Avec 139 chômeurs, notre commune est l’une des plus touchée de la CCVL, qui comptait 685 demandeurs d’emplois fin 2009… et depuis le chômage a encore progressé en 2010.

DEFM

A Brindas, le chômage touche particulièrement la tranche des 25/49 ans. Dans cette tranche d’âge, les Brindasiens étaient fin 2009, 55% de plus à être à la recherche d’un emploi !

DEFM_cat_a

40% des Brindasiens demandeurs d’emplois sont des Brindasiennes ! Les femmes sont particulièrement nombreuses dans les catégories B et C (travaillant à temps partiel et cherchant un emploi à temps plein). Le temps partiel subi existe aussi à Brindas, notamment pour les femmes !

Si globalement le taux de chômage à Brindas est contenu, avec 139 demandeurs d’emplois, se sont près de 7% des ménages de notre commune qui sont touchés par le chômage. Une raison supplémentaire pour que la municipalité adopte une politique sociale et fiscale qui tienne mieux compte de l’extension de ce fléau… c’est le sens des propositions des élus Brindas Participation et Progrès, ensemble à gauche.

Posté par M-P-M à 15:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2010

Le point sur l'accueil des 0-3 ans dans la communauté de communes

La compétence « petite enfance » appartient désormais à la Communauté de Communes des Vallons du Lyonnais (CCVL) et non plus aux communes…. sauf à Vaugneray qui a refusé de transférer sa crèche et cette dernière est donc restée sous responsabilité communale (nouvelle illustration d’une vision intercommunale étriquée pour les responsables de cette commune !)

A la demande de la Caisse des Allocations Familiales, un diagnostic a été réalisé sur le territoire de la CCVL au sujet de la petite enfance. Il fait ressortir notamment les deux constats suivants :

1/ Globalement la CCVL est dotée de capacités d’accueil plutôt importantes comme le souligne le rapport « De gros efforts menés à l’échelle du territoire qui permettent globalement de répondre aux besoins. Des bons taux de couverture en mode de garde collective et individuelle »

Avec 138 places en crèche (accueillant 446 enfants), le taux de couverture (nombre de places pour 100 enfants de moins de 3 ans) est de 15.6 contre 13.6 dans le Rhône. Le nombre de place en EAJE (EAJE : Etablissement d’Accueil des Jeunes Enfants) a augmenté de 64% depuis 2004, en lien notamment avec l’ouverture récente de l’EAJE de Saint Consorce. 58% des demandes de garde en EAJE sont acceptées. En cas de refus, les parents se tournent fréquemment vers les assistantes maternelles au nombre de 244 sur la CCVL (avec un potentiel d’accueil de 773 enfants). Elles sont 16% de plus qu’en 2005.

maman_bebe_quotidien

 2/ Mais ce constat global plutôt satisfaisant, masque des disparités et notamment pour ce qui concerne notre commune, comme le met en évidence le rapport « Néanmoins des besoins en mode de garde demeurent. Des communes (sont) moins bien loties. Il existe de fortes différences de l’offre de garde entre communes. Dans les communes de Brindas et Grézieu-la-Varenne notamment, les tensions sur le mode de garde collectif et individuel sont fortes »

En effet, la situation à Brindas est beaucoup plus tendue :

  • Pour les Brindasiens seulement 42% seulement des demandes en EAJE sont acceptées (contre 58% en moyenne pour la CCVL)
  • Brindas, plus grosse commune de la CCVL, compte moins d’assistantes maternelles (36) que Grézieu, Messimy ou Vaugneray
  • Le nombre d’assistantes maternelle stagne depuis 2005 à Brindas, alors qu’il a progressé de 16% sur le territoire de la CCVL
  • A Brindas, il n’y avait en 2009 que 7 enfants de 2 ans scolarisés en maternelle (contre 9 à Messimy, 23 à Vaugneray, 56 sur le territoire de la CCVL…)

 brind_enfant

3/ Ce diagnostic conforte notre proposition de micro-crèche à Brindas… toujours refusée par la majorité municipale !

La CCVL a pourtant inclut dans son plan de mandat la réalisation de deux mini crèches, qui permettent de développer le réseau d’assistantes maternelles et de proposer une garde collective à taille réduite. Nous avons proposé à plusieurs reprises que notre commune s’inscrive avec dynamisme dans ce projet. Pour cela, il faudrait proposer un appartement légèrement aménagé, travailler avec les assistantes maternelles et la CCVL pour faire homologuer le projet par la CAF. La construction en cours de logements collectifs pourrait être une opportunité de trouver un local approprié… encore faut il le vouloir et le prévoir ! Lors du conseil municipal du 23/02/2009, nous avions proposé de mettre en place un groupe de travail sur ce projet… cela a été refusé par la majorité municipale… 2 ans après le dossier n’a pas avancé… et les brindasiens parents de jeunes enfants galèrent toujours !

D’autres pistes pourraient également être recherchées : développer l’accueil en maternelle à deux ans pour certains enfants, renforcer la capacité d’accueil en EAJE en matinée et soirée pour répondre aux besoins des parents qui ont des horaires de travail atypiques,…

 

4/ les nouvelles propositions gouvernementales en matière de petite enfance seront à l’origine d’une dégradation des conditions d’accueil des enfants.

· Les Maisons d’Assistantes Maternelles (les MAM n’ont rien à voir avec les micro-crèches) pourraient accueillir jusqu’à 16 enfants avec des assistantes n’ayant pas leur agreement (alors que l’on demande 5 ans d’expérience pour une assistante maternelle en micro-crèche). Les tarifs des MAM ne tiendront pas compte des revenus.

  • L’accueil en surnombre dans les EAJE : 15%-20% sans augmentation des effectifs (ce qui a des conséquences sur le taux d’encadrement). Les EAJE de la CCVL ont déjà un taux d’occupation de 110% sur le créneau de 9 à 17 h.
  • Réduction du pourcentage minimum (de 50% à 40%) de professionnelles pouvant   travailler dans les EAJE
  • Les jardins d’éveil sans passer par la case expérimentation qui sont des établissements collectifs pouvant accueillir entre 12 et 80 enfants de 2-3 ans, avec un taux d’encadrement de 1 pour 12 enfants (1 pour 8 en EAJE et en centre de loisirs).

structure_motrice

Florence Perrin, vice présidente de la CCVL en charge notamment de la petite enfance a rappelé que depuis le début, les élus de la CCVL se sont prononcés pour un service de qualité au niveau de la petite enfance et qu’il n’est donc pas question d’aller vers une régression. Elle a également affirmé qu’elle n’ira pas sur le terrain du jardin d’éveil et ni sur le terrain de la déqualification

Pour plus d’informations : "Pas de bébés à la consigne !" 

Posté par M-P-M à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 novembre 2010

Les revenus des brindasiens

Sur les conseils d'une lectrice de ce blog, nous avons découvert le site salairemoyen.com. Il donne commune par commune, des statistiques complètes sur les revenus de ses habitants.

On peux y observer que si Brindas fait partie des villes "riches" (525e commune sur les 36 717 recensées), cette moyenne gomme des disparités importantes. Un tiers des ménages brindasiens a un revenu inférieur à 1400€ par mois.

ineg_revenu



A Brindas, les 10% de ménages les plus riches perçoivent 45% des

revenus totaux de la commune.

Cela conforte notre souci d'une politique municipale en matière de fiscalité et d'aide sociale plus attentive et plus juste.

Posté par M-P-M à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2010

Histoires de truites et d'équevilles

guignol_1_2Bonsoir Guignol,

T’as ben dû avoir quèques échos de la séance du Conseil du 11 Octobre à la Fête en bas de chez toi. On a eu des numéros de choix.

Le Monsieur Propre de la Cécévéaile, il est venu entretenir le Conseil des équevilles. Il a parlé sans faiblir des tonnes et des tonnes d’équevilles, des grises, des jaunes, des vertes et des verres. Attention Guignol ! Les vertes et les verres, faut pas les mettre ensemble ces deux là. Le Monsieur Propre, il a expliqué aussi, qu’en ce moment, on brûlait moins cher. Mais, faut s’ méfier, ça sera pas durable, les prix qui baissent, on n’a pas l’habitude. Moi, j’crains plutôt que pour l’incinération, un de ces jours, les prix s’embrasent, comme ceux du gaz.

Ce soir d’octobre, l’assistance a également eu droit à la prestation du Grand Rapporteur du SAGYRC, le syndicat des rivières ; çui-là d’syndicat, il est sage, pas comme les syndicats des chemins de fer…J’ai eu peur que le rapporteur du syndicat des rivières se noie dans les chiffres, mais non, après un moment de flottement, il nous l’a joué bucolique, avec les truites Fario et les chevaux débardeurs. Si si Guignol, pas les maillots, les chevaux qui prennent un bain de sabots pour réparer les berges de l’Yzeron et autres ruisseaux. Y’ a ben eu un moment de doute à propos des Colonnes Buren qu’i z’ont plantées dans l’Yzeron au Guillermy. Paraît que c’est le parcours de santé des truites, faut qu’elles s’entraînent. Qu’est-ce qu’i vont penser les archéologues dans quelques millénaires, pour peu qu’y ait plus d’eau et des squelettes de truites ? Ça va être un mystère, pire que celui des statues de l’Ile de Pâques…J’espère qu’y a pas un artiste local qui va faire la même chose Place de Verdun que Place du Palais Royal à Paris : remarque Guignol, ça coûterait pas cher, les trous sont déjà faits, y’ a plus qu’à planter pi avec la fontaine au milieu…

Posté par M-P-M à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 novembre 2010

Prochaine réunion publique du Conseil Municipal

agenda

Conseil Municipal

Lundi 13 décembre à 19h30

Petite salle des fêtes

Posté par M-P-M à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :