10 février 2019

Quelle école pour Brindas ? Notre proposition de programmation pour l'accroissement de la capacité d'accueil des écoles

Proposition commune aux groupes Brindas Participation et Progrès et Bien vivre ensemble à Brindas

Pour répondre à l’urgence

Phase 1 : construction d’un nouveau restaurant scolaire

  • Construction d’un nouveau restaurant scolaire (cuisine centrale + deux salles de restauration) dans le prolongement de l’actuelle école maternelle.
  • Aménagement des deux salles au premier étage de l’ancienne école des filles.
  • Aménagement si nécessaire de la dernière salle disponible dans l’école maternelle.

Phase 2 : réaménagement de l’actuel restaurant scolaire

  • Après réalisation de la phase 1, réaménagement de l’actuel restaurant scolaire pour créer 4 salles de classes + une salle périscolaire.

Pour répondre aux besoins du futur

Création d’un second groupe scolaire de 13 classes, à proximité du collège, avec salle de restauration alimentée par la cuisine centrale et, suivant l'évolution de la population, réutilisation du bâtiment de l'ancienne école de filles pour d'autres usages : MJC, centre de loisirs, salles pour les associations..." .

  • Lancement dès à présent des études nécessaires.
  • Acquisition de la parcelle prévue au PLU d’un peu plus de 10 000 m² jouxtant celle de 2000 m² déjà acquise par la commune.

Brindasiens, merci de répondre au sondage de notre article précédent "Quelle école pour Brindas ? Sondage" 

 

Quelle école pour Brindas ? Sondage

Face au développement prévisible de la population scolaire sur les 15 années à venir et bien au-delà, la municipalité privilégie la solution de l’agrandissement de l’école actuelle avec un seul groupe scolaire. Avec 22 classes en 2016, (date de l’étude), et 26 aujourd’hui, l’école est déjà la plus importante du Rhône et de la métropole. Son éventuel passage à 35 classes, et plus de 900 élèves, ne fera que renforcer ce triste record.

Cette solution aura un impact négatif sur les conditions de travail et de vie des élèves, ainsi que sur les conditions de circulation et de stationnement au centre bourg. Il nous paraît au contraire indispensable de faire de l’opportunité que constitue la construction d’une autre école un levier du développement futur de Brindas.

Le choix concerne d’abord l’emplacement : il doit tenir compte de la répartition de la population sur la commune et éviter l’engorgement du centre bourg. Il concerne ensuite le modèle de construction : l’école doit disposer de l’espace nécessaire à l’accueil des enfants  et permettre son évolution dans le temps.

Face à l’enjeu de ce projet pour Brindas, nos groupes Bien Vivre Ensemble à Brindas et Brindas Participation et Progrès ont décidé une action commune auprès de la majorité municipale. Nous avons proposé, un débat en conseil, une réflexion au sein du groupe de travail et enfin une rencontre avec Monsieur le Maire : en vain. Ces différentes tentatives sont restées lettre morte.

Aussi avons-nous  proposé ensemble une alternative crédible (dont vous trouverez une synthèse au verso) tenant compte à la fois de l’urgence de bien accueillir de nouveaux élèves, du temps nécessaire à la réalisation d’un nouveau groupe scolaire et de la capacité financière de la commune.

Il nous semble indispensable que les Brindasiens puissent s’exprimer démocratiquement sur ce projet. Pour cela nous organisons un sondage avec une seule question.

Sondage2 2019-02

Pour participer au sondage :

  • Copiez l'image du cadre SONDAGE ci-dessus  (Clic droit sur le cadre / Cliquez sur "Copier l'image" / Collez dans votre logiciel de traitement de texte)
  • Remplissez le sondage et déposez-le dans la boite aux lettres de Brindas Participation et Progrès (dans l'impasse entre la mairie et l'église)

ou,

  • En ligne, sur le site de Bien vivre ensemble à Brindas en cliquant ici et en suivant les instructions à l'écran.

Retrouver, sur notre site, nos positions et réflexions sur le projet de groupe scolaire :

Bulletin n° 39, octobre 2018

Bulletin n° 37, février 2017

Le nouveau groupe scolaire de Grézieu-la-Varenne : un exemple à suivre

Retrouver sur le site de Bien vivre ensemble à Brindas, les positions communes à nos deux groupes et leurs réflexions en cliqnant ici

 

Lire notre article suivant : Quelle école pour Brindas ? Notre proposition de programmation pour l'accroissement de la capacité d'accueil des écoles

 

07 septembre 2017

Faut-il continuer d’accepter à Brindas les cirques qui produisent des animaux ?

Rappelons l’article L214-1 du Code rural,

« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

et l’article 515-14 du Code civil :

« Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité ».

Il faut suivre Mme et M. Bouglione qui ont annoncé, pour leur cirque, la fin des spectacles avec animaux. Ils expliquent leur décision par amour des animaux et respect du public :

« Un sondage indiquait, disent-ils, que 80 % des Français étaient sensibles à la cause animale. Notre métier, c’est de faire un spectacle familial. Si une très large majorité des familles est sensible à la cause animale, on ne peut pas continuer à faire un spectacle qui les dérange. Nous ne nous voyons pas continuer à présenter des animaux à des gens qui ressentent une gêne morale en venant au cirque. »

Combien parmi nous se sentent mal à l’aise en face de deux lions dans leur cage ? Ils passent entre 95 et 98 % de leur temps dans cette remorque. Pouvons-nous l’accepter ? Et nous ne parlons pas des méthodes de dressage qui sont pour la plupart tout simplement honteuses.

23 pays ont déjà interdit la présence d’animaux sauvages dans les cirques. 

En France, 57 communes ont délibéré dans ce sens dont Villeurbanne, Vourles, Chassieu, Vernaison et Marcilly d’Azergues.

Préférons les cirques qui privilégient les performances athlétiques car c’est un problème éthique que de présenter des animaux qui vivent l’essentiel de leur vie dans une cage ou attachés.

 

Posté par N-R-G à 15:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mars 2017

Déplacements doux à Brindas : il y a encore à faire !..

Ce que nous proposons

  • Faciliter et sécuriser le déplacement des piétons et des cyclistes

Sur la route du pont Chabrol de nombreux cyclistes roulent aujourd’hui sur les trottoirs par soucis de sécurité. Ce sont du coup les piétons qui ne sont plus en sécurité quand ils veulent rejoindre l’arrêt TCL de Val d’Yzeron !

Lors de l’élaboration du PLU en juillet 2013, nous avions proposé pour les cyclistes et marcheurs voulant se rendre à Craponne de réhabiliter, en concertation avec la Métropole et la CCVL, le viaduc de la Pillardière en voie verte. Il serait temps d’y penser !

Mais l’axe Brindas/Craponne n’est pas le seul  qui pose des problèmes aux cyclistes et aux piétons : si les uns et les autres veulent aller vers Vaugneray ou Grézieu, pas de voies alternatives aux grands axes, pas de trottoirs, pas de pistes cyclables…

  • Stagnation sur le front des transports en commun

Quand il avait été question, l’année dernière, de remettre le terminus du 73 à Brindas, nous avions proposé de déplacer le terminus du C24 de Val d’Yzeron à Brindas centre. Cela aurait eu le gros avantage d’améliorer la desserte de Brindas, tant en fréquences qu’en services le soir et le week-end, tout en étant source d’économie pour le Sytral avec la suppression du 73.

On ne peut pas dire que la municipalité se soit mobilisée sur le sujet. Il est vrai que son refus du parking relais proposé par le Sytral et qu’il aurait  réalisé et financé, ne la mettait pas en position de force !

Encore aurait-il fallu au moins que le maire participe aux réunions organisées par le SYTRAL !..

Ne lâchons pas le manche après la cognée. Notre population augmente rapidement et les besoins de déplacements avec ; nous pouvons gagner mais cela ne se fera pas tout seul.

  •  Des pistes à explorer à plus long terme

C’est l’ensemble de notre environnement territorial qui bouge et se densifie. Les besoins de déplacements ne concernent pas seulement les allers et retour vers la métropole : entre nos villages aussi il faut pouvoir se déplacer autrement qu’en voiture, notamment pour ceux qui n’en ont pas ou plus.

 Il faudrait étudier la mise en place de navettes après une bonne étude des besoins et ne pas écarter les modes doux qui peuvent être à la pointe du progrès comme des navettes électriques… ou redevenir d’actualité, comme des navettes hippomobile au sein des villages. Ce serait nos enfants ou petits-enfants qui seraient contents !

 

15 mars 2017

Quel avenir pour les commerces à Brindas ?

En quelques mois, trois commerces viennent de fermer à Brindas.

On peut certes toujours mettre en cause les capacités de gestion des propriétaires. Il nous semble que cette explication est insuffisante : d’autres commerces sont également en situation fragile.

Nous alertons depuis longtemps sur la situation anormale de l’offre commerciale de Brindas pour une commune de 6 000 habitants.

On allèguera aussi la situation géographique, la densité des grandes surfaces ; tout ceci est réel. Mais d’autres villages alentour, Vaugneray, Grézieu, sont dans la même situation et connaissent une activité commerciale bien plus forte.

Alors pourquoi ?

Sont en jeu, à notre avis, l’attractivité du centre village, l’offre de surfaces commerciales disponibles et la vision de ce que doit être aujourd’hui et pas il y a 30 ou 40 ans, une stratégie de dynamisation du commerce local.

Il nous faut des locomotives mais bien ciblées pour ne pas tuer le « petit commerce ».

Le risque est également que le développement commercial, comme cela commence à être le cas, se fasse de manière privilégiée dans la zone d’activité des Andrés ou aux abords. Est-ce le modèle d’urbanisation que nous souhaitons ?

Nous voulons une offre commerciale qui permette de minimiser les déplacements, notamment pour les publics fragiles. Nous voulons un centre qui soit un lieu de rencontre.

Il est temps là aussi de construire une stratégie globale et à long terme.

Il existe au sein du conseil municipal une commission « vie économique » qui pourrait se réunir et se pencher sur le sujet !

 

Posté par N-R-G à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 septembre 2015

Le point sur les actions du CCAS Brindas

Le « passeport jeune » est mis en place dés cette rentrée. Si cette action qui faisait partie de notre programme  est considérée comme une avancée, nous ne sommes d’accord ni sur le mode de calcul ni sur les sommes allouées pour cette année. L’engagement est pris par la mairie de revoir les sommes allouées pour la prochaine rentrée.

Les bourses au permis de conduire restent d’actualité mais les dossiers de demande sont rares et certains n’ont pas abouti à l’obtention du permis. La convention avec l’auto école de Brindas sera néanmoins renouvelée.

Les demandes d’aide ponctuelle (aide alimentaire) sont stables, peu de changement. Le lien avec « Solidarité emploi » pour une recherche d’emploi  reste théorique pour ces familles en situation précaire.

Concernant l’accueil des réfugiés, une réflexion est en cours mais l’absence de logement d’urgence à Brindas rend la prise en charge difficile actuellement. Cela nous permet de relancer une demande dans ce sens.

Posté par M-P-M à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 octobre 2014

Contre la tarification en fonction du quotient familial à Brindas, mais pour à la CCVL !

Les élus de la majorité municipale (Brindas juste pour vous) et ceux de la liste Bien Vivre Ensemble à Brindas, font preuve de la même incohérence et de la même opposition à la mise en place du quotient familial pour les tarifs municipaux. Jugez-en :

  • Le 07 juillet 2014, lors du conseil municipal nous avions proposé d’appliquer la tarification en fonction du quotient familial pour les services municipaux, notamment le restaurant scolaire. Proposition rejetée par les deux autres groupes du conseil cliquez ici
  • Le 10 juillet 2014 (3 jours plus tard !), les 5 représentants de ces deux listes à la Communauté de Communes des Vallons du Lyonnais votent POUR la fixation des tarifs en fonction du quotient familial... pour le centre de loisirs intercommunal  cliquez ici

Contre à Brindas et pour à la CCVL  3 jours plus tard....!

L'explication réside dans le fait que la Caisse d'Allocation Familiale refuserait de subventionner notre centre de loisirs intercommunal qui accueille des petits Brindasiens, si la tarification en fonction du quotient familial n'était pas appliquée.

Pour nous ce n'est pas une question d'opportunisme. La tarification en fonction du quotient familial est une question de justice sociale et d'efficacité de la dépense publique cliquez ici . Elle existe pour les centres de loisirs, les crèches, la restauration au collège, au lycée  qui accueillent les jeunes Brindasiens... elle devrait exister aussi pour le restauration en primaire.

Posté par M-P-M à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2014

Pourquoi n’y a-t-il pas eu alliance avec la liste de Mme Agarrat pour le second tour ?

Dimanche 23 mars, à l’issue du premier tour, Mme le Maire nous a contacté afin d’étudier l’opportunité d’une fusion de nos deux listes pour faire barrage à la liste de M Beffy arrivée en tête.

Cette proposition a laissé le collectif Brindas Participation et Progrès très partagé. En effet, la façon dont  Mme Agarrat a exercé son mandat pendant ces six dernières année ne laisse pas présager d’une gouvernance collégiale indispensable dans la perspective d’une liste fusionnée... Durant ces 6 ans, elle a exercé son mandat sans tenir compte de l’avis de l’opposition mais parfois aussi de ses propres colistiers. Toutefois, par esprit de responsabilité nous avons répondu positivement à  sa demande de rencontre. Lundi matin deux délégations se sont retrouvées pour élaborer un protocole d’accord qui devait être ensuite accepté (ou non)  en l’état par les deux listes.

Le protocole d’accord a porté sur des éléments de programme partagé, le mode de fonctionnement du conseil et la répartition des sièges. Sur ce dernier aspect qui fait débat, voilà sur quel protocole d’accord nous nous sommes quittés lundi matin:

  • Candidats éligibles. Du fait des modalités de scrutin,  la liste fusionnée (si elle arrive en tête) aurait au minimum 23 élus sur un total de 29 sièges (plus 6 élus pour celle de M Beffy). La liste BPP a réuni au premier tour 721 voix et celle de Mme Agarrat 892 voix soit un total cumulé de 1613 voix (soit 45% pour BPP et 55% pour Mme Agarrat). Le respect du vote des électeurs au premier tour conférait donc à notre liste 10 élus (23 sièges éligibles x 45%) et 13 pour Mme Agarrat (23x55%). Toutefois avec 13 élus, Mme Agarrat n’aurait pas eu la majorité absolue au conseil municipal (cette dernière étant de 15 sur 29) ce qui aurait conduit à une situation trop instable pour la commune. C’est pourquoi , par esprit de responsabilité nous avons dit d’emblée que nous ne souhaitions que 8 élus afin d’en laisser 15 à la liste Mme Agarrat (soit la majorité absolue)
  • Candidats non éligibles. Sur les 6 candidats non éligibles le respect du vote des électeurs au premier tour conférait à notre liste 2.7 sièges, nous en avons demandé 0.
  • Adjoints. Sur les 8 postes d’adjoints, le respect du vote des électeurs au premier tour conférait à notre liste 3.6 postes (8x45%)  soit entre 3 et 4 postes. Nous avons accepté seulement 2 postes d’adjoints.
  • Délégués à la CCVL. Sur les 4 délégués de la liste fusionnée à la CCVL, le respect du vote des électeur au premier tour conférait à notre liste 1.8 délégués arrondi  à 2

Ce protocole d’accord minorait déjà  fortement notre représentativité au sein de la future municipalité. Lundi soir, Mme Agarrat a voulu réduire à 6 le nombre de nos candidats placés en situation éligible (au lieu de 8). Ce revirement de dernière minute a fait échouer cette tentative de rassemblement républicain :

  • Cette tentative de renégociation augurait  mal de la capacité de la liste de Mme Agarrat  à travailler dans le cadre d’une municipalité pluraliste !
  • 8 élus c’est le minimum pour faire entendre et prendre en compte nos propositions dans un conseil municipal  de 29 personnes ! En deçà nous n’aurions pas eu les moyens pour peser suffisamment sur les décisions du conseil et modifier son fonctionnement vers plus de collégialité.

C’est donc bien la liste de Mme Agarrat qui en cherchant à renégocier à la dernière minute le protocole d’accord qui avait été élaboré lundi matin a fait échouer le rassemblement républicain.

Posté par M-P-M à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :