15 février 2014

Mettre en place la réforme des rythmes scolaires #2

ecoleEt à Brindas ?

Des réflexions ont eu lieu, dès le mois de juin : Mme le Maire a réuni un « comité consultatif » composé d’élus, de représentants des enseignants, des parents d’élèves, des DDEN et des représentants d’associations brindasiennes. La FCPE et l’APIB ont établi un questionnaire proposé à tous les parents leur demandant leur avis sur les horaires, la cantine du mercredi midi…

Trois réunions se sont déroulées en juin, septembre et novembre 2013 ; il a été décidé qu’un service de cantine sera organisé le mercredi midi, que les activités seront gratuites ; il faut savoir qu’à Brindas, il y a 7 classes en maternelle et 15 classes en primaire ; 34 lieux ont déjà été recensés donc 34 activités potentielles, sachant qu’il est conseillé de travailler en petits groupes (15 à 18 élèves.) Des propositions d’horaires ont été dégagées et envoyées à l’Education nationale.

Deux propositions différentes ont émergé :

  • La proposition des enseignants : les activités périscolaires se trouveraient chaque jour en fin d’après-midi, à savoir de 15h45 à 16h45.
  • La proposition de la mairie qui tient compte des résultats de l’enquête conduite auprès des parents : les activités périscolaires auraient lieu le lundi et le mardi, en début d’après-midi (13h45- 14h45), le jeudi et le vendredi, en fin d’après-midi (15h45-16h45).

C’est la deuxième proposition qui a été retenue par le Directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN).

tableau rytmes scolaires

Il faut savoir qu’aujourd’hui dans le Rhône, sur les 271 communes, environ 130 ont rendu leur projet, 4 écoles refusent d’appliquer la réforme à la rentrée (notons que Villefranche, Caluire, Tarare et surtout Lyon n’ont pas encore répondu).

Nos propositions :

  • Poursuivre la concertation déjà engagée.
  • Travailler avec l’équipe enseignante pour rédiger, à terme, un Projet éducatif territorial (PEDT).
  • Proposer des activités de qualité, avec des parcours répondant à des centres d’intérêt artistiques, culturels, sportifs, scientifiques, numériques, en lien avec le développement durable et l’éducation citoyenne, sur une durée appropriée.
  • Retenir, dès avril, des animateurs qualifiés, de préférence parmi les associations brindasiennes.
  • Vérifier que les lieux recensés sont suffisants et adaptés.
  • Elaborer une charte d’utilisation des locaux.
  • Nommer un coordonnateur, qui sera chargé :

                 - de faire le lien entre les enseignants, les enfants, les parents et la mairie.
                 - de s’occuper des différents intervenants, de gérer leurs absences et leurs retards éventuels.
                 -  de faire respecter le règlement intérieur de l’école.

  • Gérer l’organisation des déplacements, réfléchir aux modes de transports collectifs à mettre en place pour se rendre aux différents lieux d'activité.

Quelques points de vigilance :

  • Mettre en place un dispositif de suivi et d’évaluation des activités périscolaires et des intervenants.
  • Ne pas oublier les enfants, qui vont passer une longue journée à l’école (de 7h15 à 17h30, 18h…) Il faudrait pouvoir leur trouver un lieu confortable de repos, s’ils en ont besoin, en ayant pour objectifs une meilleure concentration et moins de fatigue.
  • Pour nous, l’épanouissement de l’enfant, la réussite scolaire et la cohérence éducative sont les objectifs principaux de cette réforme. Il est important que cet enseignement soit gratuit, laïc et égalitaire.

Oui, nous mettrons en place la réforme des rythmes scolaires, en faisant le maximum pour que les enfants s’épanouissent dans les différentes activités ; nous espérons aussi que cette réforme favorisera l’apprentissage des enseignements fondamentaux, à savoir la langue écrite et orale et les mathématiques…

Toutes ces activités devront tendre à développer : la tolérance, l’affirmation de soi dans le respect des autres, la solidarité, l’éducation à la santé, à la citoyenneté et à l’environnement.

11 février 2014

Besoins de garde des jeunes enfants

A Brindas 72% des familles ont des enfants.

Les besoins de garde de jeunes enfants sont donc importants, et il est nécessaire d’avoir un accueil de qualité, pour les enfants et les familles.

Avec un nombre de 40 Assistantes Maternelles, les possibilités de garde à domicile sont suffisantes pour couvrir les demandes, à ce jour.

Il en va tout autrement pour les demandes de garde collective, en établissements ou autres lieux.

L’organisation de ce mode de garde dépend de la CCVL, qui met 114 places à la disposition des parents, réparties par une commission dans les crèches existantes, des communes de Brindas, Grézieu-la -Varenne, Messimy, et St Concorce.

La crèche de Brindas « Au Brin d’Enfants » dispose de 30 places.

Sachant que le nombre de places disponibles pour ce mode de garde ne cesse de diminuer, seulement 36% des demandes brindasiennes sont satisfaites.

Les nombreuses constructions récentes, et les différents aménagements (PLU) prévus dans les années à venir, vont encore voir la population de Brindas augmenter, et avec elle le nombre d’enfants.

Il serait temps d’envisager des solutions permettant aux parents d’avoir le vrai choix du mode de garde de leurs enfants (Sur la CCVL il y a 2 fois plus d’enfants gardés par des assistantes maternelles que sur la zone du Grand Lyon).

En février 2011 les élus de la liste BBP proposaient déjà de travailler avec la CCVL sur des projets existants de mode de garde, afin de satisfaire les demandes variées et nombreuses des familles.

Rien n’a été fait, il faut que cela change.

 

28 janvier 2014

Bulletin de note......

Dans un document récemment distribué, la municipalité sortante se targue d'un 20/20 attribué par Contribuables associés.

Elle "omet" la seconde note attribuée par le même organisme et qui n'est que de ..... 10/20.

Passons sur le procédé et revenons au fond.

Contribuables.org n'est en rien un site officiel, c'est celui d'une association, d'un lobby agissant pour la baisse des impôts et la suppression de l'ISF. Wikipédia indique qu'elle anime une émission sur  Radio Courtoisie (radio proche des courants nationalistes et traditionalistes).

Les deux notes que Contribuables associés attribue aux communes sont parfaitement conformes à son objectif puisque la première repose sur le niveau de dépense par habitant de la commune. Notre commune est donc parmi celles qui dépensent le moins : 830€ par habitant contre 1530€ en moyenne pour les communes de même taille.

La seconde sanctionne l'évolution des dépenses de chaque commune entre 2008 et 2012. (+2.8% à Brindas soit une note de 10/20)

Techniquement, la notation est très critiquable. Les dépenses d'investissement des communes sont très variables d'une année à l'autre et en 2012, elles ont été particulièrement basses à Brindas.

Fondamentalement, ces indicateurs sont bien réducteurs. Il ne faut pas confondre "ne pas dépenser" et "bien dépenser".

"Ne pas dépenser", c'est ce qu'a fait la municipalité en limitant à peau de chagrin les subventions aux associations, en ne reconstituant pas les réserves foncières de la commune, en n'entretenant pas assez régulièrement les fossés .... Peu de dépenses, c'est peu de services rendus aux Brindasiens.

Bien dépenser, c'est utiliser au mieux, dans l'intérêt général et sans gaspillage, l'argent public. Que dire alors de la plaquette bilan de mandat financée sur le budget communal, de l'emprunt à 4.5% d'intérêt contracté en 2008 qui dort sur un compte rémunéré à 0.5%/an (soit 45 000€ de frais financiers annuels). Que dire des amendes cumulées de 678 000€ payées par la commune depuis 2002 pour non conformité à la loi SRU ou de la hausse de 40% des dépenses municipales d'énergie depuis 5 ans.....

Une étude un peu plus détaillée de la gestion communale qui fait sérieusement baisser la note !

20 janvier 2014

Définir le fonctionnement de la future résidence de personnes âgées prévue dans la ZAC

Fin 2015 devraient être livrés 20 logements sociaux équipés et destinés à des personnes âgées valides ou des personnes porteuses de handicap ne dépassant pas un plafond de ressources.

Dans le projet prévu avec l'OPAC, la mairie se porterait acquéreur d' une salle de 60 à 80m2 pour l'animation de cette résidence .

Une réflexion doit s'engager avec toutes les parties prenantes potentielles sur les modalités de fonctionnement de cette résidence et la gestion communale de cette salle, son ouverture au quartier et à d'autres associations,  les services proposés et le personnel mis à disposition.

Plusieurs pistes et idées sont à évaluer, tant dans leur pertinence et intérêt que dans leur impact financier.

 - Quel usage pour la salle d'animation : les personnes âgées pourraient venir partager un repas, assister à des animations, fréquenter ce lieu comme lieu de rencontre, trouver entraide et service... : cela nécessite la présence d'une personne type "maîtresse de maison" dont la mairie pourrait être l'employeur. L'ouverture aux personnes âgées extérieures à la résidence, à des rencontres inter-générationnelles est à réfléchir. L'implication d'associations brindasiennes est à envisager.

- Au delà de la gestion de cette salle, est en débat la mise en place d'un service de "veille ", jour, et/ou nuit pour assister les résidents dans certaines difficultés de la vie quotidienne ou en cas de problème ponctuel : la présence à assurer serait donc plus conséquente et ne peut reposer sur une seule personne d'où la nécessité de chiffrage et d'élaborer des perspectives de financements conjoints avec les bénéficiaires ou autres.

 

18 janvier 2014

Créer des aires de jeux

P1100098

Brindas a actuellement très peu d'aires de jeux pour 6000 habitants. Ce sont pourtant des lieux de vie et de rencontre importants dans un village.

Il y a quelques jeux pour petits dans le parc des sports (au pied de l'antenne-relais !!) et le city parc et les jeux au bord de la RD11.

Cette aire de jeux est un peu excentrée, mais de par sa proximité avec les équipements scolaires et petite enfance, elle est très fréquentée.

P1100094

 

Les élus BPP sont intervenus à plusieurs reprises pour la sécuriser sur la partie proche de la route départementale, c'est désormais fait.

Suite à la disparition du terrain de basket en face du Mille-club et du "champ de bosses" pas entretenu, une aire (skate-park ou autre) serait à prévoir sur le territoire afin d'offrir un lieu spécifique aux plus grands dont les activités ne sont pas toujours compatibles avec la présence des plus petits. Ce projet doit être élaboré et défini en concertation avec les intéressés et la MJC.

Compte tenu des projets d'augmentation de population et des logements collectifs, il est indispensable d'anticiper l'emplacement de nouvelles aires de jeux au sein de la commune.

16 janvier 2014

Création d'une politique d'action sociale

Le fonctionnement actuel du CCAS n'est pas satisfaisant. Son action est limitée, sporadique et sans véritable vision d'ensemble.

Pourtant, même si nous sommes dans une commune "aisée", une partie des brindasiens, plus nombreux avec la crise, connaissent des difficultés.

Il faut diagnostiquer les besoins et anticiper ce qu'ils seront avec l'augmentation de la population.

Il faut mettre en place des aides ciblées et les faire connaître, recueillir les demandes avec la discrétion nécessaire.

L'application du quotient familial  pour le restaurant scolaire, la création, sous critères de ressources, de tickets sports loisirs et culture seront des points forts de cette politique.

La création de jardins familiaux, outre les liens sociaux qu'ils tissent, permettent de se procurer des fruits et légumes de qualité à moindre coût.

 

12 janvier 2014

Créer un parc-relais TCL conséquent

parc relaiL'adhésion de la commune au SYTRAL a permis un accroissement de la fréquentation des lignes de TCL mais aussi un dévoloppement des voitures "tampons" garées pour la journée sur le parking du carré d'ass, la place des marronniers ... par les usagers résidant loin des arrêts de bus.

Pour développer les transports en commun tout en libérant les parking du village pour des stationnements de courte durée, la création d'un parc relais a été proposée par Brindas Participation et Progrès lors du précédent PLU et refusée alors par la Maire. Elle est enfin retenue dans le nouveau PLU.

Le principe d'un parc-relais est acté et un terrain pressenti vers le rond-point de la salle des fêtes. Il faut, en partenariat avec le SYTRAL mener rapidement à bien ce projet en veillant à ce que son dimensionnement soit suffisant.

Car les hypothèses actuelles sont basses aux regards des besoins qui ne manqueront pas d'augmenter dans les années qui viennent. En effet, le développement des transports en commun est une priorité pour fluidifier le traffic dans l'ouest lyonnais et limiter l'impact sur l'environnement.

On sait que la mise en place de solutions plus pratiques, parc-relai, LEOL, métro à Oullins.... renforce l'attrait des transports en commun et l'accroissement de la fréquentation permet de financer l'augmentation des fréquences de bus sans surcoût excessif, pour un meilleur service rendu aux usagers.

 

07 janvier 2014

Aider à la création de jardins familiaux ou partagés

Les jardins familiaux confient une petite parcelle à cultiver aux personnes ou familles adhérentes au projet.

Les jardins partagés sont cultivés en commun et les récoltes réparties entre les participants.

Les modalites pratiques peuvent varier selon le fonctionnement choisi mais dans tous les cas, ces jardins collectifs offrent de nombreux intérêts :

  • Ils tissent du lien social entre les participants qui se cotoient, s'entraident, échangent conseils, graines ou boutures.....
  • Ils mettent en valeur des terres agricoles non utilisées
  • Ils donnent accès à un terrain et au plaisir de jardiner aux occupants d'appartements.
  • Ils permettent de sensibiliser et former aux pratiques de l'agriculture biologique
  • Ils sont une source d'économie en permettant la production de fruits et de légumes de qualité à moindre coût
  • Ils ont un intérêt pédagogique si l'on y associe les écoles ou des activités péri-scolaires

Si ce projet doit être porté par une association, la municipalité peut jouer un rôle important en facilitant l'accès à un terrain et à la concrétisation du projet.

 

06 janvier 2014

Mise en place d’un Conseil municipal d’enfants (CME) et d’un Conseil de la jeunesse(CDJ)

Si nous voulons une commune plus solidaire, plus citoyenne, plus écologique, il faut d’abord éduquer les plus jeunes à ces valeurs, par la mise en place de structures telles que le CME  avec comme objectifs : l’éducation à la citoyenneté, c’est-à-dire apprendre à travailler ensemble, se respecter, s’écouter, constituer des projets à l’échelon de la commune et les réaliser. Ceci nécessite peu de moyens financiers, mais des moyens humains.

Le CME  pourrait s’adresser aux CM1 et CM2 des écoles de la commune ; les jeunes conseillers seraient élus à bulletin secret, par leurs pairs, élaboreraient des projets, qui seraient soumis en début d’année, au conseil municipal, en réunion plénière. Ils pourraient rencontrer les associations et seraient associés à toutes les manifestations citoyennes de la commune : cérémonie du 11 novembre, cérémonie du 8 mai 1945.... Cette structure pourra peut-être trouver sa place dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, mais ne pourra fonctionner véritablement qu’avec le soutien des enseignants.

Dans le prolongement du CME, on pourrait envisager une autre structure pour les collégiens par ex : à la fin du CM2, on leur proposerait de remplir un questionnaire qui nous renseignerait sur les points positifs ou non, et aussi sur leur envie de poursuivre dans une autre structure telle le Conseil de la jeunesse (CDJ), structure qui accueillerait des 6ème, puis 5ème etc.. et qui pourrait s’étoffer au fil des ans. Au départ, on fonctionnerait avec des volontaires, et par la suite, on pourrait organiser des élections, par internet par ex ; les enjeux seraient les mêmes que pour les plus jeunes : monter des projets à l’échelon de la commune, les présenter en conseil municipal et les réaliser; l’objectif ultime étant de leur permettre de découvrir la vie politique municipale pour qu’ils puissent peut-être, plus tard, participer à la gouvernance de la cité. Mais cette instance mérite encore réflexion.

Pourquoi cette proposition?

Etre à l’écoute des jeunes de notre commune, pour faire, si possible, des choix judicieux dans les domaines qui les concernent, c’est l’idée de la démocratie participative que nous défendons.