05 avril 2016

Tract

Distribué cette semaine dans toutes les boites aux lettres de Brindas.

tract36R

Nous précisons que la parcelle et le bâtiment de la Pillardière ne sont pas la propriété et n'abritent plus la société Toumétal depuis 2013. Cette entreprise n'est en rien concernée par les faits que nous dénonçons.

tract36V

 

03 février 2015

Bref et partiel compte rendu du conseil municipal du 26/1/2015

1/ Un débat d’orientations budgétaires sans boussole !

 Des prévisions financières faites au doigt mouillé

Les décisions gouvernementales mettent les finances des communes dans une situation précaire qui nécessite un pilotage des plus sérieux:

  • réduction progressive d’ici 2017 de près de 30% de la dotation de fonctionnement qui représente près de 600 000 € pour Brindas : déjà une perte de 77 000 €en 2015 (soit l’équivalent de 3.5% points de fiscalité)
  • le transfert aux communes des charges liées aux Nouvelles Activités Périscolaires, qui n’est compensé que pour un tiers, soit un surcoût pour la commune de l’ordre de 100 000€

En outre, la majorité municipale (en annulant ou modifiant les projets précédemment engagés : voirie JG Mourguet, Pilliardière, ZAC des Verchère (mettre des liens avec articles du blog correspondant….)  expose notre commune à une hausse (pouvant aller jusqu’au quintuplement !) de l’amende SRU de 70 k€ que nous devons payer chaque année faute de logements sociaux suffisants.

Alors que ce contexte exigerait un pilotage particulièrement fin des finances communales, M. le Maire s’est contenté de répondre qu’il allait réduire les dépenses de fonctionnement sans préciser comment et dans quels domaines. Bien évidemment des économies sont nécessaires et possibles, mais cela doit se planifier, se préparer.

 

Des projets d’investissements non hiérarchisés

  • des prévisions étonnantes : la majorité municipale prévoit d’investir 5.5 millions d’ici la fin du mandat, soit pratiquement autant que lors du mandat précédent (6.1 millions), alors que lors du mandat précédent les impôts avaient augmenté de 15% (0% prévu par la nouvelle majorité), la dotation de fonctionnement était restée stable (-30% prévu pour ce mandat,….). Si cela est possible tant mieux, mais nous en doutons fortement !
  • des projets non hiérarchisés : On retrouve dans les prévisions d’investissements la création d’un skate parc (180 000€), la couverture des tennis (250 000€), la rénovation de la salle des fêtes (500 000€),l’acquisition de réserves foncières (2 millions d’euros). Mais où sont donc passés « l’agrandissement ou la création d’un nouveau groupe scolaire », « la création d’une salle omnisport » promises par la profession de foi de la liste Brindas Juste Pour Vous ? Par contre, le plan de mandat prévoit désormais la rénovation de l’ancienne cure et ceci dès 2015 pour un montant de 750 000 € , ce qui ne figurait en aucune manière dans le programme de la liste Brindas JPV !  Mais où sont passés « le respect des engagements », « la concertation préalable sur tous les grands projets » tant mis en avant en mars dernier ? les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ! . Au delà, la rénovation de l’ancienne cure (750 000 €) pour en faire une salle des mariages et des bureaux (police municipale,….) est-ce une priorité pour la commune dans une période de chute des budgets et de crise économique et sociale ? Le débat n’aura pas lieu, car il semble que la majorité municipale ait décidé de passer en force et de faire voter ce projet au budget 2015 dès le prochain conseil municipal de février!

 

2/ Vote d’indemnité complémentaire au premier adjoint

Le premier adjoint (M Dussurgey) ayant exercé de fait la fonction de Maire durant l’absence de M Beffy, son indemnité d’adjoint a été majorée sur la période (M Beffy n’ayant pas touché la sienne). Sans pour autant partager la façon dont les affaires communales ont été conduites durant cette période, nous avons voté pour cette régularisation (23 pour, 5 abstentions – BEVB-, 1 contre)

 

3/ questions diverses

  • CCAS : nous sommes intervenus sur les dysfonctionnements réguliers du Comité Communal d’Actions Sociales liés au fonctionnement désordonné et individualiste de l’adjointe aux affaires sociales.
  • SYTRAL : nous avons de nouveau rappelé que si la municipalité maintenait sa décision de ne pas réaliser le parc relais entièrement financé par le SYTRAL à l’emplacement initialement prévu, le SYTRAL attendait toujours une proposition alternative… Nous avons également rappelé au Maire qu’il était de sa responsabilité d’anticiper la future rationalisation des lignes SYTRAL (73, 73E, 11) et départementales (2Ex) afin que la restructuration de l’offre annoncée ne se fasse pas au détriment du service proposé aux Brindasiens (contrairement à la précédente rationalisation qui a conduit à la suppression pure et simple de la ligne 10).

 

 Le prochain conseil municipal aura lieu le 23 février  2015

Posté par M-P-M à 01:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2015

SYTRAL

Un interview de Bernard  Rivalta, président du SYTRAL à Lyon Mag, où sont évoqués, entre autres, quelques projets concernant notre ouest lyonnais.

2015 01 lyon mag sytral

2015 01 lyon mag sytral p2

2015 01 lyon mag sytral p3

Posté par M-P-M à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 novembre 2014

Bref et partiel compte rendu du conseil municipal du 17/11/2014.

  • Présentation du rapport d'activités 2013 de la CCVL par son président, M.Malosse, ainsi que le rapport d'activités 2013 du SIHAVY.

  • Délégations de compétence accordées au Maire par le conseil municipal

Ce type de délégations permet au Maire de prendre une décision engageant la commune sans discussion et vote préalables du Conseil Municipal. Pour les opérations de gestion quotidienne cela ne pose pas de problème. Par contre les élus BPP se sont opposés à deux délégations de compétence majeure : l’autorisation donnée au Maire de contracter (seul) des emprunts à hauteur de 750 000 € et d’exercer (seul) le droit de préemption (d’acquérir prioritairement un terrain qui serait mis en vente). Pour nous, ces deux décisions majeures qui engagent l’avenir de la commune sur des dizaines d’années, ne doivent pas être entre les mains d’une seule et même personne, mais doivent être débattues et validées préalablement par le conseil. Nous nous y étions toujours opposés lors des mandats précédents pour les mêmes raisons. Etrangement, Mme Agarrat et ses colistiers qui avaient voté pour ce type de délégations lorsqu’ils en bénéficiaient le mandat précédent, nous ont rejoint dans le vote contre… (21 pour, 8 contre) (mettre un lien avec le CR du CM du 05/05 sur le blog)

  • Modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU)

La majorité municipale a décidé d’engager une modification du PLU qui avait été voté début 2014 lors du précédent mandat. Cette modification est nécessaire pour adapter le PLU aux évolutions récentes de la loi et pour corriger quelques incohérences mineures. La municipalité prend l’initiative de rajouter deux points : une modification du zonage afin de pouvoir créer un skate parc à proximité du bassin de rétention du Pontay et la remise en cause du projet d’aménagement de la Pillardière (ex usine Toumetal) qui prévoyait entre 40/50 logements (50% logements sociaux 50% accession sociale à la propriété). En effet, la nouvelle municipalité envisage de maintenir le nombre prévu de logements (≈ 45)… mais avec seulement 35% de logement sociaux et 0% en accession sociale à la propriété, malgré la forte demande qui existe dans notre commune pour ce type de logements, notamment pour les jeunes couples. Alors qu’il y a tant d’autres dossiers d’urbanisme urgents pour l’intérêt général (parc relais pour le Sytral, résidence séniors, diversification des types de logements…) qui auraient dû être intégrés à cette modification du PLU, la nouvelle municipalité se donne comme priorité la satisfaction d’intérêts particuliers, largement mis en avant lors de la campagne électorale.

Dans ce cadre, les élus BPP (et ceux de la liste de BVEB) ont voté contre l’engagement d’une dépense de 30 000€ pour lancer la procédure de modification du PLU d’autant qu’il serait plus intelligent et plus économique de procéder à une révision globale sur l’ensemble des projets qu’ils ont l’intention de finaliser.(21 pour, 8 contre)

  •  Remplacement de M Aujoulat au SIAHVY et au SAGIRC

M Aujoulat, de la liste majoritaire, n’a plus souhaité représenter la commune dans ces deux syndicats intercommunaux. Les élus BPP ont soutenu la candidature de M Pilaz (liste BVEB) afin d’assurer un minimum de pluralisme dans les syndicats intercommunaux. Mais la majorité municipale a persisté dans sa volonté d’exclure toute représentation de l’opposition municipale en élisant Mme Metras Rigollier et Mme Gerez en remplacement de M Aujoulat

 

  • Questions diverses
  • L’abandon de la rue J G Mourguet continue de faire des vagues. Non seulement il s’agit d’une erreur d’aménagement  mais en outre contrairement à ce que la municipalité avait promis (cf PV du conseil 07/07/2014) les 450 000 € budgétés par la CCVL pour réaliser cette voirie ne seront pas réinvestis sur la commune. En effet, comme nous l’avons fait remarquer, la CCVL devrait répartir cette somme sur les différentes communes et Brindas ne devrait bénéficier que de 70 000 € (soit 16% du budget initial).
  • Nouvelle antenne relais de téléphonie. Suite à notre demande il a été précisé que le refus de la commune d’accorder le permis de construire pour cette nouvelle antenne avait été jugé illégal, la commune se voit donc contrainte d’accorder ce permis et de payer des pénalités.

 

  • Sytral. Plusieurs interventions du public ont souligné que la suppression de la ligne 10 et la réorganisation des horaires (suppression des dessertes le dimanche,…) constituaient un recul préjudiciable à l’utilisation des transports en commun, comme nous l’avions annoncé

13 août 2014

newsletter 29

NEWSLETTER 29 MAQ 01

NEWSLETTER 29 MAQ 01v

Posté par M-P-M à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juillet 2014

Le parc relais du Sytral supprimé !

La nouvelle municipalité supprime sans la moindre concertation des projets qui doivent améliorer sensiblement la vie quotidienne des Brindasiens et qui sont déjà largement engagés. C’est par exemple le cas de du parc relais pour le Sytral.

Situé entre le chemin des Essarts et le chemin des Andrés (avant le collège) le parc relais permettrait aux Brindasiens n’habitant pas au centre bourg (Le Milon, Le Gourd,…par exemple) d’accéder plus facilement aux bus (11 et 73). Il éviterait aussi que les habitants des communes voisines stationnent à la journée sur les places de parking du centre bourg, stationnements qui pourraient être ainsi libérés de ces « voitures tampons ».

D’une capacité de ≈ 70 places il est financé par le Sytral et son emplacement est réservé au Plan Local d’Urbanisme. Il a fait l’objet d’études et d’un accord avec les communes voisines (Messimy, Thurins, Grezieu,…). La nouvelle municipalité a décidé de supprimer ce projet sans la moindre discussion en commission ou en conseil mais également sans en avertir les Maires des communes voisines !

La nouvelle municipalité a toujours été opposée au développement des transports en commun avec le Sytral. La quasi absence de réactions à la disparition de la ligne 10, la suppression du parc relais,… détricotent progressivement ce qui avait été mis en place.

La suppression du projet de parc relais est une décision majeure, prise dans la précipitation et sans aucune discussion ni en commission ni en conseil municipal. La concertation c’était une promesse d’avant les élections.

Posté par M-P-M à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juillet 2014

Lettre à Guignol

guignol-parisLe lundi de la St Raoul, à la Fête en bas d’chez toi Guignol, le Second d’la Classe a encore tenu le premier rôle, en remplacement du Commandeur. Comme il y avait encore des pestateurs  à regonfle, le Grand Arpenteur des Verchères a un peu forcé le trait, au goût de mon correspondant là-bas. Rassure-toi Guignol, quand i s’essaye à faire drôle acque ses bugs de comprenotte et ses trous de mémoire, il est loin de t’arriver à la cheville : on préfère ton thiâtre au sien…  

 Impolitique apolitique

I s’est senti obligé d’faire d’la réclame pour sa liste, les Justepoureux, en bajaflant  que les gones et les fenottes de Brindas les ont choisis aux Printanières de l’équinoxe et qu’i fallait accepter la démocratie. Certes. Qui c’est donc qui prend ses aises avec la démocratie ? Est-il très convaincant quand il récite que la liste arrivée en tête est apolitique ? Entre les trous de mémoire , les gandoises, les tentatives pour emboiser, les cachotteries, les commissions laissées en sommeil, l’impolitique apolitique de l’Arpenteur, elle ressemble comme deux gouttes d’eau à l’impolitique ordinaire de Brindas, et d’ailleurs…

Pi encore, que penser des promesses d’ouverture, de concertation quand chaque fois que dans la salle, les citoyens pestateurs i z’ondulent et murmurent comme les blés sous le zéphyr du soir, l’Arpenteur il leur dit d’la fermer ? Guignol, dans ton thiâtre, est-ce que quand les gones et les fenottes se bouliguent, tu leur tires les ireilles ou le sarsifis ?

Le règlement, c’est le règlement mon gaillard…

I faisait un peu moins le fier quand le Chef de Chœur du trio Bépépé l’a prié acque insistance de respecter le règlement intérieur du conseil des Municipaux . Monsieur le Maire adjoint, le bargeois quoi, avait en effet décidé de ne pas porter à l’ordre du  jour de la séance du lundi de la St Raoul, comme le lui avait demandé le trio Bépépé,  un mets qui ne lui semblait pas franc relichant : il était question qu’les impolocos des Brindasiens  puissent  servir à améliorer un brin, l’ordinaire de leurs concitoyens qu’ont peu de pécune, en les aidant à payer d’éventuelles adhésions  aux associations de la ville. Indigeste pour l’Arpenteur. Tellement indigeste qu’il a même demandé à ses Justepoureux de voter « pour ou contre » l’inscription à l’ordre du jour de ce plat trop épicé. Depuis quand un maire adjoint peut-il mettre aux voix un règlement qui s’impose à tous ? Qu’en pense le parfait ? Où qu’elle va la République ?

Démocratie  «  ecoeurvice »

Plutôt que de se pencher sur ces propositions solidaires, force est de constater que notre Second et ses aides pratiquent plutôt la démocratie «  écoeurvice » : t’sais ben Guignol, l’écrevisse dans nos ruisseaux, elle met le turbo…pour reculer, seulement pour reculer… Nos Justepoureux, i  sont vigourets seulement pour déraper ce qui avait été voté à l’umanité, il y a peu, quèques  semaines avant les Printanières. Après  avoir tenté de détrancaner le P.L.U  qui déplaît notamment aux cache-mailles de certains, i mettent au vote une nouvelle délib écoeurvice tronquée et bien artète qu’interroge d’autant plus  qu’on a ayu à supporter les parlements de l’Arpenteur sur  la démocratie…

Sans voie…

Guignol, quelle  tristesse ! T’auras pas ta voie : pas d’avenue, pas de boulevard pour amener visiteurs et pestateurs  aux marches de ton palais. Les  Justepoureux, i veulent pas  entendre ta voie : elle était pourtant pas juste pour toi mais juste pour tous. Adieu logements accessibles, commerces, places de stationnement, cheminements structurants. Comme elle a espliqué, la Municipale d’avant, comment faire, avec le sens unique du Vieux  Bourg, pour s’en retourner prestement dans sa cadole  dans les quartiers nord  après l’espédition  en centre- ville, sans s’embringuer  dans En Pelly, La Douane et le carrefour coupe-gorge des Places ? Faut-il se résoudre à faire du tourisme entre l’Ancienne Gare, la Nouvelle Literie, le Queugeot et son estension avant d’atteindre les Varennes.Sans compter qu’le vélo qu’a pas l’habitude du Tour de France, même s’i carbure à l’E.D.F, il apprécie modérément la côte de La Bernarde… Remarque Guignol, les Justepoureux, i peinent à se projeter au- delà du Brindas des autrefois, donc faut pas compter qu’i z’ouvrent la voie … de l’avenir. M’enfin, quand il a ouï ça, mon correspondant à la Fête, il en est resté comme une carpe qui perd l’eau. Tout couâme,  les bras lui sont tombés des cuisses. Pour résumer, ça l’a laissé sans voix… Toi, Guignol, tu resteras pas sans voie puisque t’as déjà un chemin à Brindas, un chemin qui court dans la campagne, vers le sud. Mais i s’approche pas trop d’la rivière d’Yzeron, p’têt qu’il a peur de tomber à l’eau, à l’avenir...

Bouche-trous et béton blanc.

L’Arpenteur, il se pense que la Cécévéaile, au lieu d’ouvrir la voie, elle ferait mieux d’boucher les trous de nos routes. Si j’ai bien la comprenotte, pour lui, la Cécévé, c’est un bouche-trou… C’est  conséquent, les trous d’la route, qu’il a dit, c’est une priorité. Le soir de la St Raoul, y’avait ben d’autres trous qui faisaient souci, les trous de mémoire… Pardonne-moi Guignol, si je m’évade un peu de Brindas, mais les trous, ça grabotte beaucoup les Français à ce’t’ heure : dans le poste, i bajaflent  tant et tant d’ uèmepécuniaux et de trous dans la caisse et dans les campagnes… Remarque, i faut qu’i prennent garde, le Commandeur et son second  pace que ça lui a pas porté bonheur, à la Première des autrefois, d’faire boucher les trous à Verdun… Bon l’ Arpenteur, comme qu’i va lui faire faire d’la gratte à sa cache-maille à la Cécévé, i va réclamer qu’elle bouche les trous de nos routes, avec une canante nappe de béton blanc Verdun, sans les marches, bien sûr . Mais, le bargeois des services techniques de la ville, il a émis deux réserves : si le béton fait tache d’huile, la chaussée risque d’être glissante, même pour les catcates ; pi, les bandes blanches par terre, on pourra plus les borniquer. Alors, le Second qu’est aussi Premier, i va p’têt demander au parfait si on pourrait pas revenir au jaune pour les bandes, comme les autrefois…

C’est le bouquet…

                Décidément, le soir de la St Raoul restera dans les annales : certains citoyens i z’étaient pas franc à la fête… C’est que l’Arpenteur et les Justepoureux, en plus de mettre au rencart la nouvelle voie, i veulent plus voir la résidence séniors aux Verchères, na ! Là encore, il y avait ayu consensus sur son emplacement au mandat d’avant, afin que ceusses tombant vieux, mais encore valides, puissent éventuellement quitter leur hameau et se rapprocher  du centre bourg. Y’en aurait-i donc qui préfèrent ne pas trop les voir, ceusses qui tombent vieux ? Pourquoi faut pas les installer trop près de tout ce qui peut leur être utile : l’arrêt des Rougéblancs, la poste, l’hôtel de ville, le potringueur, le croissant, le canard du jour, le bifaché, la tablette de noir pour le magnésium. T’sais ben Guignol, i paraît que le magnésium, ça aide pour le moral. Ben, avec les Justepoureux, s’i continuent à démolir ce qu’était prévu de bien, faudra  se faire péter la basane avec le chocolat pour voir la vie en rose, quand on n’a pas de la pécune à regonfle et qu’on tombe vieux. Donc, les Justepoureux, i songent les envoyer à la campagne, les aînés, là-bas, au-delà des remparts, dans le pré, plus loin que La Gonarde : i pourront cueillir des pâquerettes ou des violettes, ou ben regarder les vaches depuis leur fenêtre… Mais, nos décideurs, faudrait pas qu’i z’oubliyent qu’eux aussi, un jour, i prendront d’l’âge, et que peut-être, leurs sciatiques, i z’auront les nerfs et pi leurs clavettes, elles s’enrouilleront et elles gongonneront. I verront ben comment i feront l’aller-retour entre La Gonarde et le Vieux Bourg… De venir facilement faire un viron à Verdun et à La Paix, ça leur ferait du bien aux aînés : en plus de dépenser quèques pécuniaux dans les boutiques, i pourraient tailler une bavette avec le boucher et leurs concitoyens. Pi les plus jeunes, ça leur ferait pas de mal d’apercevoir, dans la ville, les aînés vaquer… Faut pas que l’intergénérationnel, ça soye que des parlements de campagne… électorale, non ? Pourquoi donc que l’Arpenteur et ses amis i veulent pas voir pousser une résidence séniors en face de la côte de l’Ancienne Gare, à côté du Moncel ? I se dit pourtant que l’Arpenteur i connaît bien le quartier et ses avantages. Pourquoi qu’i z’ont la traquette ? Et qui c’est donc que ça pourrait contrasser ?

Si t’entends causer  à ce propos, fais-moi signe Guignol, et à la fois que vient…

 

Le Babiant          juillet 2014

 

Le Second d’la Classe : premier adjoint        à regonfle : nombreux        bajafler : rabâcher       L’Arpenteur : premier adjoint       Justepoureux : liste majoritaire       Printanières : élections municipales       Gandoises : blagues       emboiser : tromper       l’impolitique : la politique       se bouliguer : s’agiter       Ireille : oreille       sarsifis : natte de Guignol       Chef de Chœur du trio Bépépé: tête de liste Brindas Participation et Progrès       bargeois : chef       franc : vraiment       pécune : richesse       parfait : préfet  vigouret : dynamique       déraper : défaire       l’umanité : l’unanimité                 détrancaner : démolir                   cache-maille : tirelire                  artète : adroit,e                 ayu : eu                parlements : discours       conséquent : important       En Pelly, La Douane, Les Places, Ancienne Gare, Nouvelle Literie, Queugeot ,La Bernarde, La Gonarde, Le Moncel, Les Varennes : lieux et rues de Brindas       couâme : surpris       traquette : peur       Une carpe qui perd l’eau : bouche bée       bras tombés des cuisses : stupéfait       pécuniaux : sous       Cécévé : communauté de communes       faire souci : inquiéter       grabotter : démanger, occuper        Commandeur : le maire       Première des autrefois : maire du mandat précédent       gratte : économies       canante : belle       borniquer : voir       Rougéblancs : bus du SYTRAL       potringueur : pharmacien       Péter la basane : péter la panse       clavettes : articulations       gongonner : rouspéter       contrasser : contrarier.

Posté par M-P-M à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 juillet 2014

La majorité municipale veut supprimer le parc relais pour les bus !

Après avoir enterré la rue  JG Mourguet (pour laquelle la CCVL avait budgété plusieurs centaines de milliers d’euros de travaux), après avoir reléguer aux calendes grecques la construction de la résidence sénior (pour laquelle notre commune a voté un budget de 174  000€ pour construire une salle d’activité), c’est au tour du projet de parc relais (pourtant financer par le Sytral) que M Dussurgey décide UNILATERALEMENT de supprimer. Sans la moindre concertation ni en conseil municipal ni en commission urbanisme ou transport, le premier adjoint décide seul ! C’est Brindas juste pour eux !

C’est un retour vers le passé à grande vitesse qu’organise la municipalité. Alors que notre commune a besoin de commerces, de transports en commun, de salle d’activité, de résidence sénior accessible aux personnes à faibles revenus,…. La nouvelle municipalité remet en cause toutes ces évolutions, sans aucune discussion et concertation qui étaient pourtant tant mises en exergue avant les élections. Réveil amer pour celles et ceux qui malgré nos avertissements ont cru à leurs belles paroles électorales et qui ont pensé que cette liste pouvait être une alternative à la gestion de la municipalité sortante. Pour notre part, nous continuerons à promouvoir un développement raisonné de notre commune pour que celle-ci soit plus solidaire, plus écologique et plus citoyenne.

Ci-dessous le Courrier de Mr Dussurgey au SYTRAL,qui nous a été transmis par la mairie de Messimy.

 

 

Posté par M-P-M à 10:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,