20 février 2015

Ah les vaches ! On n’arrête pas le Progrès…

La lecture d’un article du journal «  Le Progrès » du 12 février m’incite à alimenter la rubrique « Sortir dans les vallons » du blog de l’association   «  Brindas Participation et Progrès ». En bref, n’oubliez pas de réserver votre samedi 4 juillet 2015 pour participer ou assister au championnat de France de lancer de bouses à Vaugneray.

Cette discipline, qui sera peut-être un jour intégrée aux jeux olympiques, nous arrive, semble-t-il , d’Amérique, sans doute du Far West. Est-ce pour fêter l’ anniversaire de la Déclaration d’Indépendance des Etats- Unis( 4 juillet 1776) que la date du 4 juillet 2015 a été retenue par Vaugneray, pionnière dans l’Ouest…Lyonnais pour cette nouvelle activité ?

Les Américains étant très portés sur les brevets, faudra-t-il que les organisateurs paient une redevance ? S’agit-il  d’un hors d’œuvre de ce que nous réserve le Grand Marché Transatlantique qui se mijote dans la plus grande discrétion, dans la cuisine libérale américano-européenne ?

La bouse, en plus des loisirs, ouvre également des perspectives industrielles. En plus de la méthanisation, la fabrication de granulés et de plaquettes de bouse séchée pour le chauffage individuel ou collectif pourrait voir le jour, à condition que la combustion ne libère pas trop de particules fines dans l’atmosphère. Espérons que certains n’en  profiteront pas pour installer de nouvelles usines à vaches comme pour le lait…Il aurait même été envisagé de remplacer dans les ball-traps les pigeons d’argile par des alouettes de bouse mais certains blasés redoutent l’effet miroir aux alouettes d’un tel changement.

Revenons aux festivités. Nos voisins valnégriens qui ont le sens de l’innovation, pourraient bien, dans les années à venir, pour sortir des sentiers battus, en remettre une louche en nous offrant  un lancer de bouses fraîches, éventuellement bio : à consommer cependant avec modération, faut pas gaspiller, non mais ! Pour certains, le frais, y’a que ça de vrai...

Cependant, l’article du journal qui évoque «  un  barbecue champêtre », ne précise pas si grillades et saucisses seront rôties au feu de bouse sèche et si la démonstration de méthanisation permettra de climatiser la soirée dans les monts , pour tempérer, soit la fraîcheur, soit la canicule…Il n’indique pas non plus si le député de la circonscription, invité, ne manquera  pas avec sa générosité reconnue, de participer financièrement, avec sa réserve parlementaire, à cet événement innovant.

Mais, des dissensions pourraient apparaître car certains préfèreraient placer cette manifestation haute en  senteurs, plutôt le 1er avril. Cette proposition provoque des hauts et débats car les Valnégriens des hauteurs redoutent des chutes de neige printanières, ce qui rendrait l’aire de lancer glissante. De plus, l’atterrissage des projectiles salirait le beau manteau blanc…Pour vous rendre compte, imaginez cet atterrissage sur le blanc béton de Verdun à Brindas, ou même sur le tapis rose de Bellecour-en-Métropole…

Comme vous le constatez, la bouse de vache fait beaucoup jaser dans les monts et vallons. Nos amies les vaches risquent d’être fort  courtisées tant elles font rêver. Souhaitons que le rêve ne se termine pas comme la fable « Perrette et le pot au lait ».

   Le Médusé.  

article 12 fev 2015 championnat lancer de bouse

Posté par M-P-M à 21:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2014

Newsletter 32

NEWSLETTER 32 R

NEWSLETTER 32 V

Posté par M-P-M à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2013

Sytral/Vaugneray, la suite

Sytral et Vaugneray suite

Posté par Nejma G-B à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mai 2013

Bref compte rendu du conseil de la CCVL du 16 mai

1/ Présentation du Plan Climat Énergie Territorial

Il est mis en place au niveau de 4 communautés de communes (la CCVL, CC Vallée du Garon, CC du Pays Mornantais CC Pays de l'Arbresle). Sa présentation a permis de voir que notre territoire commence à prendre en compte les enjeux environnementaux : chaufferies bois pour les piscines intercommunales (CCVL, CCVG,..), élaboration d'agendas 21 (Messimy, Chaponost,...), développement du covoiturage, liaisons inter communes en modes doux, bâtiments publics exemplaires en matière d'économies d'énergies,.... Ne cherchez pas Brindas dans l'inventaire des réalisations. Nos propositions pour étudier les chaufferies bois (ZAC de verchères, centre bourg,....) ou le covoiturage ont toujours été écartées sans étude et discussion...

2/ Présentation du Plan Local d'Habitat (PLH) pour 2012.

Le PLH court sur la période de 1998 à 2013 et le bilan de 2012 a été présenté. Plusieurs constats :

  • La croissance du nombre de logements sur le territoire de la CCVL est plus rapide que prévue : 1179 logements commencés en  5 ans alors que le PLH en prévoyait 1200 sur 6 ans. Ce sont les logements individuels isolés qui se développent trop vite notamment par rapport aux logements individuel groupés (lotissement)
  • Concernant les logements sociaux le bilan est positif puisque 348 ont été réalisés depuis 1998 pour un objectif à 2013 de 360. Toutefois on note un ralentissement du rythme de construction depuis 2011. Ces logements sociaux sont financés en partie par la CCVL pour un montant global depuis 2013 de 911 000 €. Cette aide communautaire a notamment été financée par les amendes SRU des 3 communes (Brindas, Grezieu, Vaugneray) qui n'ont pas le minimum légal de 20% de logements sociaux. Toutefois depuis 2013, ces amendes ne seront plus versées à la CCVL mais à un organisme régional (EPORA), ce qui risque de réduire l'aide apportée par la CCVL à la construction de logements sociaux

3/ Présentation du rapport annuel sur les déchets

Cette présentation a été l'occasion pour Mme le Maire de Brindas et le délégué BPP de rappeler, photos à l'appui (cf photos sur le blog), qu'en centre bourg les poubelles débordent parfois. Les cas seront étudiés un par un par les services de la CCVL. N'hésitez à nous faire remonter les problèmes afin qu'ils soient pris en compte.

4/ Plusieurs autres points techniques ont été abordés.

 

06 mai 2013

Inter' Val 2013 a sa newsletter...

... pour vous permettre de ne rien rater du festival et bénéficier avant tout le monde de toutes les informations. Tous les mois, jusqu'en octobre, la lettre du festival vous dit tout sur le programme, les spectacles, les lieux, les partenaires, etc. Pour découvrir la première, il vous suffit de cliquer sur ce lien:

http://rhone.koezio.com//newsletter/view/id/609

Posté par Nejma G-B à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 février 2013

Vaugneray bientôt privée de bus TCL

Le Sytral a décidé de ne plus desservir les quatre communes qui ont refusé d'adhérer au syndicat: Genas, Chasselay, Vaugneray et Pollionay. A partir du 8 juillet 2013, elles ne seront donc plus traversées par les bus TCL

 

 

position Vaugneray TCL 20 fevr 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Nejma G-B à 11:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 janvier 2013

Un spectacle coup de poing à ne pas manquer !

Soutenu par la CCVL dans le cadre des actions contre les discriminations, le théâtre du Griffon propose la pièce « NAZ », suivie d'un débat.

Ce spectacle coup de poing nous interroge sur la trajectoire d’un jeune qui va sombrer dans une idéologie extrême. Il s’agit d’un personnage fictif écrit à partir de rencontres avec des jeunes du Pas-de-Calais. « NAZ » nous plonge dans l’intimité d’un jeune pour qui l’Histoire commence par la lettre H, celle d’Hitler, nous invitant ainsi à nous questionner sur toutes les dérives extrémistes.

Le spectacle sera suivi d’un débat avec l’équipe artistique.

LE JEUDI 24 JANVIER A 20H30 AU THEATRE DU GRIFFON A VAUGNERAY.

Contact : MJC de Vaugneray, tél : 04.78 .45 .90 .54 /Mail : bienvenue@mjc-vaugneray.org

 

Posté par Nejma G-B à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 décembre 2012

Les Emeraudes: des inexactitudes dans l'article du Progrès

Suite à l'article paru dans le quotidien Le Progrès le 12 décembre dernier, intitulé "Solution trouvée  pour la maison de retraite Les Emeraudes" (voir ci-dessous), Noël  Buénerd, conseiller municipal de la commune de Brindas, délégué titulaire au Syndicat intercommunal pour les personnes âgées (Sipag) des cantons de Vaugneray et Tassin et membre de BPP, a adressé le courrier suivant au journal:


"A la lecture de l’article intitulé «Solution trouvée pour la maison de retraite Les Emeraudes» , paru dans votre journal le 12/12/2012, je m’étonne de constater plusieurs inexactitudes :

  • Il est écrit : « Concrètement Les Émeraudes restent un établissement public chargé d’un service public au même titre que la clinique abritée par la commune ».

Inexact : ni la clinique de Vaugneray, ni la maison Les Émeraudes ne sont des établissements publics. Gérés par des associations, structures de droit privé, ce sont des établissements privés.

  • Il est écrit : « Parce que le Sipag, acteur majeur du développement social en faveur des personnes âgées, n’avait pas forcément vocation à assumer un bâtiment… »

Plusieurs remarques :

 - le Sipag, structure publique qui a fait construire la maison Les Émeraudes et qui en est propriétaire, pour être en conformité avec la réglementation actuelle, se doit de faire assumer la gestion de l’hébergement par un établissement public autonome. Le comité syndical, durant ce mandat, a, à deux reprises, en février 2009 et en mai 2012, demandé, par délibération, la transformation de la maison en établissement public autonome. Malgré la réglementation, l’Agence régionale de santé Rhône-Alpes et le Conseil général du Rhône ont préféré laisser les agréments à l’association de gestion, bien que celle-ci ait amené la maison Les Émeraudes au bord du gouffre en 2009.

- Statutairement, le Sipag a toujours eu pour vocation de créer des établissements.     

Statuts de 1967 : (...) « constitution d’un syndicat intercommunal ayant pour objet la mise en œuvre de moyens en vue de la protection sociale des personnes âgées et, dans l’immédiat, la création d’une maison de retraite de vieillards à Pollionnay.».

Statuts révisés approuvés par le préfet en septembre 2012 ; parmi les différentes missions du Sipag, on relève celle-ci: « création d’établissements publics médico-sociaux qui présentent un intérêt intercommunal sur le territoire du Sipag.»

  • Dans l’encart en bas à gauche de l’article, ayant pour titre « 4 abstentions » : « Nous aurions préféré une gestion publique… » Ce à quoi lui a répondu Daniel Jullien : « C’est ce que nous aurions voulu. Seulement, il aurait fallu changer le statut du personnel, ce qui n’était pas réalisable.»

Inexact : les membres du personnel auraient pu choisir le statut le plus avantageux (privé ou fonction publique) selon leur situation professionnelle. En outre, depuis 2008, M. Jullien et quelques autres maires se sont toujours opposés à la transformation de la maison Les Émeraudes en établissement public autonome.

  • En ce qui concerne l’efficience annoncée comme supérieure quand il y a gestion associative, l’établissement Jean Villard, à Pollionnay, est un établissement public réputé très efficient.
  • Pour ce qui est des états d’âme des financeurs, ils auraient sans doute prêté au Sipag mais probablement pas à une association qui, en 2009, après plusieurs années, présentait un déficit cumulé de 500 000 €, épongé par de l’argent public provenant de différentes sources (État- DASS- Sipag).

Malgré mon inquiétude, je souhaite longue vie à la maison Les Émeraudes et j’espère que vous voudrez bien publier ces remarques  indispensables à une plus juste connaissance du dossier.

Avec mes salutations,

Noël  Buénerd"

Nous espérons que le Progrès aura l'honnêteté de publier dans ses pages l'ensemble de ces précisions qui permettent de rétablir dans leur exactitude des éléments essentiels à la connaissance du dossier. A défaut, vous, lecteurs de ce blog, auraient pu en prendre connaissance !

img001 (5)

 

                                                     

 

 

 

Posté par Nejma G-B à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 décembre 2012

L'Extrême droite radicale dans les Monts du Lyonnais

Nous vous conseillons la lecture de cet article très complet sur les groupes identitaires d'extrême droite de l'Ouest Lyonnais. Avec des élus partagés entre inquiétude et immobilisme...

http://www.rue89lyon.fr/2012/12/11/les-monts-du-lyonnais-aux-prises-avec-lextreme-droite-radicale/

03 novembre 2012

LES EMERAUDES : CHRONIQUE D’UN ENLISEMENT ANNONCE ?

Par N. BUENERD, Conseiller municipal délégué au Syndicat Intercommunal pour les Personnes Agées (SIPAG) des cantons de Vaugneray et Tassin.

         Intervention à la séance du  Comité syndical du SIPAG du 23 mai 2012 à propos de la délibération N°14 « Engagement de la procédure pour la création de l’établissement public médico-social LES EMERAUDES ». Pour être plus précis, il s’agit en réalité d’une transformation d’un établissement dont la gestion de l’hébergement est assurée par une association, structure de droit privé.

Je suis de ceux qui estiment que le dernier projet, concernant la cession de la gestion de l’immobilier à une commune, ignore la question essentielle de la gestion de l’hébergement, actuellement non conforme à la réglementation en vigueur.

De plus, ce projet ne tient pas compte du vote du 26 février 2009, un vote à bulletins secrets du comité syndical du SIPAG, quasi unanime (22 voix sur 23 votants), demandant la création d’un établissement public autonome, comme le SIPAG en avait non seulement le droit mais aussi le devoir, pour se mettre en conformité avec la réglementation.

A partir de là, comment admettre que quelques-uns, et parmi eux, des élus, s’évertuent à empêcher cette création ? Certains refusent, en effet, toute modification systémique du mode de gestion de la maison Les Emeraudes. Notons que, dans nos campagnes françaises, des élus se battent pour sauvegarder quelques parcelles de services publics ! Pourquoi vouloir sauvegarder à tout prix un mode de gestion qui n’est plus conforme et qui, des années durant, a amené l’établissement au bord du naufrage ? Rappelons qu’une somme d’environ 500 000 € d’argent public a été injectée pour éviter ce naufrage (cf PV comité syndical du 27/10/2009 et courrier à M. le Maire de Vaugneray de Mme Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée des Aînés, offrant 400 000 €). Ne prenons pas le risque d’une récidive d’une gestion incertaine…

L’actuelle association de gestion, l’AIGE, tout comme la précédente, l’AIPA, pose question. Concernant cette dernière, relisez l’étude de Maître Degas, spécialiste de droit public. Pour l’AIGE, référez-vous à la seconde étude juridique conduite par un cabinet de la Loire et datée du 05/09/2011 (ce n’est pas vieux…). Je vous ferai grâce de la synthèse de cette dernière étude, la conclusion suffira : « L’association AIGE exerce à ce jour son activité dans des conditions non conformes au droit et génératrices de multiples risques pour les élus qui en sont membres. La création d’un établissement public apparaît comme la seule solution offerte par le code de l’action sociale et des familles pour la gestion, qui paraît bien ici relever d’une personne morale de droit public au sens du code de l’action sociale et des familles. »

     Même le courrier de l’Agence Régionale de Santé (ARS) du 20 mai 2011 souligne: « Les incertitudes liées au statut de la personne morale gestionnaire de l’EHPAD n’ont pas été levées à l’occasion des modifications des statuts de l’association. » Second courrier de l’ARS, daté du 20 mars 2012: « A ce jour, cette situation irrégulière perdure. Cet état de fait ne pouvant se prolonger, il vous est demandé instamment de trouver une solution permettant de vous replacer en conformité avec la réglementation sous 6 mois. (souligné !) L’absence de régularisation des statuts dans ce délai pourrait aboutir à l’abrogation des arrêtés précités et entraîner ainsi la perte du bénéfice d’une médicalisation complémentaire. » !!!

Que constate-t-on à la lecture des statuts de l’AIGE ?

-article 2 : « Cette association a pour objet de créer et de gérer… l’établissement pour personnes âgées Les Emeraudes.» Or, cet établissement n’a pas été créé par l’AIGE mais par le SIPAG (voir historique : l’établissement a ouvert en 1991). Est-ce pour justifier son droit revendiqué à gérer que l’AIGE laisse croire qu’elle est à l’origine de l’établissement ?

Quand on poursuit la lecture des statuts de l’association, on constate que son bureau pourrait être  exclusivement composé d’élus, ce qui n’est pas compatible avec la gestion d’un établissement créé par un syndicat intercommunal qui est une structure publique : on est loin d’une association indépendante des pouvoirs politiques locaux !

Rêvons un peu : si le vote des élus délégués au SIPAG de février 2009 avait été respecté et la procédure engagée poursuivie depuis un peu plus de trois ans, l’établissement public eût probablement été créé (les simulations du cabinet KPMG montraient qu’il était viable), les communes seraient représentées au Conseil d’administration, sans doute présidé par Monsieur le Maire de Vaugneray, les travaux de rénovation-restructuration seraient en cours, et nous pourrions presque dormir sur nos deux oreilles…

Mais non ! Avec la procédure de cession de la gestion de l’immobilier à une seule des communes, voilà une nouvelle démarche de contournement de la réglementation pour pérenniser l’AIGE ! Si le 7 décembre 2011, je pouvais encore comprendre : avec un peu plus d’1 000 000 €, une commune devenait propriétaire de l’établissement (certains auraient médit en soulignant qu’elle faisait une bonne affaire…) Mais aujourd’hui, pour une somme un peu inférieure, (880 000 €), la commune en question ne serait pas propriétaire, elle paierait cette somme pour qu’on l’autorise à assurer seule la gestion de l’immobilier de l’établissement, propriété du syndicat intercommunal… Étrange…

Et que devient alors l’idée de mutualisation qui est la base de l’existence d’une structure intercommunale : permettre à des communes de mettre en commun leurs moyens financiers, leurs compétences humaines, leur matière grise, leur volonté politique pour générer et assurer des services allant dans le sens de l’intérêt général ?

Avec un tel projet, en plus du contournement évoqué précédemment, on assisterait à un début d’entreprise de démutualisation. Ne comptez pas sur moi pour approuver et accompagner une telle démarche. Je suis convaincu que la transformation en établissement public de l’actuelle MAPAD « Les Emeraudes » est actuellement la seule façon de pérenniser cette structure en respectant les objectifs que le Comité syndical avait définis et votés en février 2009 :

- maintien de l’établissement sur le territoire du SIPAG
- accès à des prix de journée abordables pour les personnes les moins favorisées
- conserver l’agrément des 94 lits à l’aide sociale
- conserver le droit de regard sur le domaine et la gestion de l’établissement

Le 23 mai 2012, le Comité syndical du SIPAG a, pour la seconde fois, voté le principe de création de l’établissement public. (Délibération N° 14-  sur 26 votants, 18 pour, 2 contre, 6 abstentions)

A SUIVRE…