18 octobre 2013

Bleu, blanc, rouge…

guignol-paris

Salut Guignol ! Pardonne-moi de m’évader de ce qui se passe certains lundis, en soirée, à la Fête, en bas de chez toi, acque* les Municipaux et la Première d’la Classe. Oui, oui, esseptionnellement , j’te présenterai pas un nouveau Conte du Lundi* comme qu’il aurait dit l’Alphonse*.

Actualité oblige, à ce que j’entends bajafler*, y’a encore du neuf à Verdun*, pas bien loin de ton palais. Une rumeur se répand ras le béton faute de pâquerettes. Te sais pas* ? Des places de stationnement auraient changé de nippe*une belle nuit d’automne sans lune…Elles auraient troqué leur tenue de zone bleue pour se relinguer*en blanc…J’dois te faire confidence Guignol, si mon attention n’avait pas été attirée par un gone, j’y aurais vu que du bleu…pas comme la Première d’la Classe qu’a vu rouge, nom d’un rat ! Pi, l’urbain*, paraît que les bras lui sont tombés des cuisses* quand il a découvert combien son terrain de chasse et de cueillette se trouvait amputé…

Pense donc Guignol, après les agacins* dans le béton blanc encore tout acuti*, on s’en prend maintenant à la déco bleue de l’enrobé noir des quartiers Nord de Verdun ! Pas vraiment de quoi voir la vie en rose. Qui que c’est donc qu’a atigé* en passant une nuit blanche avec le pinceau à la main ? Tout ça pour ajouter sur le bleu de la zone, du blanc alors que y’a un nombre de gones et de fenottes qui trouvent qu’y’en a déjà beaucoup et que même les marchands de lunettes noires, ça leur tire les yeux* le blanc béton quand le soleil luiserne*.

Pour surveiller tous ces tags bleus qui fleurissent à même le sol dans not’ paisible village, faudra ben que la Première, si elle cherche pas à être dans les bonnes* de la Cour des Comptes, elle voye à créer un poste d’aubergine* mais, attention faudra pas qu’elle aille peiner* le vendredi pace que sinon, acque le marché de La Paix*, y’ en a ben des charipes* qu’essaieraient de l’acheter…

On peut s’attendre à des criailleries* quand les Municipaux i vont causer pécuniaux* pour le buget : où qu’on va prendre les escalins* pour décochonner* les marques bleues devenues blanches ? Dans la caisse des imprévus ou dans la cachemaille* des amendes de police ?

Revenons à Verdun qui, malgré les apparences, nous en fait voir de toutes les couleurs. Qu’est-ce t’en penses Guignol ? Je verrais ben un peu de rouge sur le béton pour égayer. La Première, elle pourrait ben causer avec le chef de chœur* des pompiers comme qu’i disent les musiciens d’Interval pour remercier le chef de corps de sa présence à un pestacle : ça c’est bien un lapsus de musicien de vouloir faire chanter tout le monde. Même si les pompiers i z’aiment bien les bals du 14 juillet , on peut tout de même pas leur demander d’aller au feu en chantant…

La Première donc, avec l’accord parfait du chef de chœur, non ! du chef de corps des pompiers, elle pourrait planter sur la place quèques bornes à incendie d’un canant* rouge sapeur…

Bleu, blanc, rouge à Verdun, pourquoi pas Guignol, pourquoi pas…

 

                                                                                                               Le Babiant octobre 2013

 

 

La Fête : la petite salle des fêtes           acque : avec           l’Alphonse : Alphonse Daudet,auteur des Contes du Lundi

bajafler : raconter           Verdun : place de…           Nippe : tenue           relinguer : se vêtir

urbain : policier municipal          bras tombés des cuisses : être sidéré            Agacins : les pieds

acuti : mou                       atiger : exagérer          Tirer les yeux : éblouir            luiserner : luire 

être dans les bonnes : se faire bien voir          Aubergine : contractuelle           peiner : travailler

La Paix : place de          Charipe : sacripant            criaillerie : dispute           pécuniaux, escalins : les sous

Décochonner : remettre en état           cachemaille : tirelire          Chef de chœur : chef de corps en réalité          

canant : beau

 

 

Posté par M-P-M à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,